Environnement

Résolution contre la criminalité liée aux espèces sauvages

Le WWF salue une décision historique de l’ONU

Témoignages.re / 31 juillet 2015

Face à l’aggravation sans précédent de la criminalité liée aux espèces sauvages, les Nations Unies ont adopté hier une « résolution historique » selon le WWF. L’ONG indique que ce texte engage tous les pays de la planète à redoubler collectivement d’efforts pour mettre un coup d’arrêt au braconnage et enrayer un commerce illégal des espèces sauvages .

JPEG - 35.9 ko
Les éléphants sont chassés pour l’ivoire de leurs défenses. L’ONU a pris une décision pour mettre fin à ce massacre.

Initiée par le Gabon et l’Allemagne et soutenue par de nombreux autres pays, la résolution de l’Assemblée générale des Nations Unies, intitulée Tackling the Illicit Trafficking in Wildlife - en français Surveillance du trafic des espèces sauvages - est le fruit de trois années d’efforts diplomatiques à l’issue desquelles les pays ont, pour la première fois, reconnu sans exception la gravité de la criminalité liée aux espèces sauvages et le besoin urgent de joindre leurs forces pour la combattre.

« Un tournant »

Selon Marco Lambertini, Directeur général international du WWF, « La résolution des Nations Unies marque un tournant dans la lutte contre la criminalité liée aux espèces sauvages, est une grande menace aussi bien pour un grand nombre d’espèces, que pour la sécurité nationale et le développement durable. A quelques semaines de la réunion des Nations Unies destinée à finaliser les Objectifs du développement durable, cette résolution prouve que la criminalité touchant la vie sauvage n’est plus simplement une question environnementale limitée à une poignée de pays. Chaque pays s’est engagé à agir contre la menace croissante que fait peser le crime organisé lié aux espèces sauvages sur le développement durable ».

Lutte contre le braconnage

Comme en témoignent l’effondrement des populations d’éléphants au Mozambique ou en Tanzanie et le nombre record de rhinocéros abattus en Afrique du Sud au cours de ces dernières années, le braconnage porte directement atteinte aux efforts de conservation menés à l’échelle mondiale. La résolution des Nations Unies fait état des impacts de la criminalité liée aux espèces sauvages, qui au-delà de nuire à la bonne gouvernance, à l’Etat de droit et au bien-être des communautés locales, contribue aussi au financement des réseaux criminels et des conflits armés.

Reconnaissant que seule une approche globale peut infléchir la situation actuelle, les 193 Etats membres des Nations Unies se sont entendus pour approfondir la coopération régionale et internationale d’un bout à l’autre de la chaîne du commerce illégal des espèces sauvages, notamment en prenant des mesures visant à juguler le braconnage et les trafics qui y sont liés, ainsi qu’à réduire la demande. Au-delà du renforcement des procédures judiciaires et de l’application des lois, la résolution encourage les pays à mobiliser activement les communautés locales dans la lutte contre le commerce illicite en élargissant leurs droits et leur capacité à gérer les ressources sauvages et à en tirer des bénéfices.

Mécanisme de suivi

Selon Elisabeth McLellan, Responsable internationale de l’Initiative contre la criminalité liée aux espèces sauvages au WWF, « Le Népal a déjà prouvé que cette approche globale fonctionnait, puisqu’aucun cas de braconnage de rhinocéros n’a été relevé dans le pays depuis 2011, et ce grâce à la combinaison d’une volonté politique au plus haut niveau, de gardes dévoués et à une véritable participation communautaire. 

Si les pays mettent en œuvre la résolution dans son intégralité, la criminalité liée aux espèces sauvages deviendra beaucoup plus risquée et beaucoup moins intéressante. Le puissant mécanisme de suivi prévu par la résolution doit faire en sorte que de réels progrès soient accomplis et que toute faille critique soit comblée efficacement ».

Attirés par des risques relativement faibles et des rendements élevés, les réseaux criminels organisés ont fait irruption dans le commerce illégal des espèces sauvages en y important leurs méthodes de braconnage et de trafic plus sophistiquées, mais aussi en alimentant la violence et la corruption. C’est pourquoi, la résolution met l’accent sur la nature transnationale et organisée des crimes affectant l’environnement et insiste sur la nécessité que les Etats luttent contre la corruption et combattent le blanchiment d’argent associé à cette forme de criminalité.

Rapport annuel l’an prochain

A compter de 2016, le Secrétaire général de l’ONU sera chargé de présenter un rapport annuel consacré à la criminalité mondiale liée aux espèces sauvages et à l’état d’avancement de l’application de la résolution par les pays, mais aussi de formuler des recommandations en vue de nouvelles actions. Quant à l’éventuelle désignation d’un envoyé spécial, déjà mise à l’ordre du jour de l’année prochaine, elle apparaît, aux yeux du WWF, comme un outil permettant d’assurer une large sensibilisation et d’aider à obliger les Etats à rendre compte de leurs engagements.

« Ces dernières années, le WWF a joué un rôle clé dans l’évolution des attitudes à l’encontre de la criminalité frappant les espèces sauvages au niveau international, en mettant en relief son impact sur les communautés et sur le déclin des populations d’éléphants, de rhinocéros, de tigres et d’autres espèces. Pour le WWF, la priorité va dorénavant consister à aider les pays à accomplir la part de travail qui leur revient pour mettre en œuvre la résolution et contribuer à faire disparaître une bonne fois pour toutes le fléau planétaire que constitue la criminalité liée aux espèces sauvages », a souligné Marco Lambertini, Directeur général international du WWF.


Kanalreunion.com