Environnement

Rôle essentiel de la Société civile dans la lutte contre le changement climatique

Les pays du Sud en première ligne dans la bataille

Témoignages.re / 26 mai 2012

La Société civile a un rôle essentiel à jouer dans les processus politiques visant à lutter contre le changement climatique et à préserver les communautés les plus pauvres et les plus vulnérables des impacts de ce phénomène, selon un nouveau rapport rendu public lundi par une coalition d’Organisations non-gouvernementales à la Conférence des Nations unies sur le climat à Bonn, en Allemagne.

Ce rapport, qui s’intitule "Voix du Sud sur les choix de politique climatique : Plaidoyer de la Société civile sur le changement climatique", indique que, vu la lenteur de l’évolution des négociations internationales sur le climat, les pays en développement créent de nouvelles politiques pour faire face au changement climatique.
Lancé par une coalition de plus de 20 réseaux de la Société civile dans les pays en développement, ce rapport explique comment la Société civile joue un rôle déterminant dans l’adoption de nouvelles lois, politiques ou stratégies sur le changement climatique, en poussant les gouvernements à tenir leurs engagements, en identifiant l’absence de réactions gouvernementales coordonnées au changement climatique et en s’assurant que les pauvres et les plus vulnérables ne soient pas oubliés dans l’élaboration des politiques.
Ces conclusions ont été réunies avec le soutien de l’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED) et CARE, par le biais du Climate Capacity Consortium.

Quelles tactiques utiliser ?

Ce rapport fournit une analyse des instruments et tactiques que les groupes de plaidoyer utilisent pour influencer les réactions politiques au changement climatique.
D’autre part, il souligne l’importance pour les réseaux de la Société civile de prendre contact avec la presse pour toucher le public en général et les principaux décideurs et d’avoir de bonnes relations avec les gouvernements afin d’influencer la planification et la prise des décisions.
Au Zimbabwe, par exemple, le Climate Change Working Group a plaidé avec succès pour une nouvelle stratégie de changement climatique.
Et comme conséquence des activités de plaidoyer du Climate Action Network des Iles Cook, un département du changement climatique a été créé au niveau de la Primature pour s’assurer que cette question soit examinée au plus haut sommet de l’État.
Le rapport montre comment les efforts de plaidoyer de la Société civile ont influencé les processus internationaux, les bailleurs et les organisations multilatérales comme la Banque mondiale et, dans certains cas, le secteur privé.

Pour la justice climatique

William Chadza, du Civil Society Network on Climate Change au Malawi, a déclaré qu’il était intéressant de voir comment des collègues dans des pays aussi éloignés que le Vietnam travaillaient avec les communautés vulnérables, alors qu’elles s’adaptent au changement climatique et s’efforcent de s’assurer que leur gouvernement puisse régler les problèmes de leurs populations.
« Tandis que certains gouvernements dans les pays industrialisés semblent ignorer le changement climatique, ce rapport montre comment les organisations de la Société civile des pays du Sud s’efforcent de trouver des solutions et de promouvoir une justice climatique pour les populations touchées », a indiqué William Chadza.

Un pont entre les populations vulnérables

« Plusieurs parmi les pays les plus pauvres du monde ont désormais des coalitions de la Société civile actives qui travaillent sur le changement climatique et sont de plus en plus influentes », a déclaré la rédactrice du rapport, Hannah Reid, de l’IIED.
« Ces coalitions peuvent jouer un rôle important de ponts entre les communautés vulnérables et ceux qui ont le pouvoir d’adopter des politiques qui puissent protéger les populations des impacts du changement climatique. Ce rapport va aider ces coalitions à s’inspirer les unes des autres, puisqu’elles sont nombreuses à agir de manière isolée », a ajouté Mme Reid.

Les difficultés de la Société civile

Le rapport décrit également certaines des difficultés rencontrées par ces coalitions.
Nombreuses sont celles qui reconnaissent qu’elles manquent de compétences et de ressources nécessaires pour atteindre leurs objectifs de plaidoyer.
Et que quand les relations entre le gouvernement et la Société civile sont faibles, l’implication de la Société civile dans la prise des décisions importantes n’est pas adéquate.

Un partenariat Sud-Nord

Le rapport comprend des contributions de plus d’une vingtaine de réseaux sur le climat et de leurs organisations membres en Afrique, en Asie, en Amérique latine et dans le Pacifique.
Ces réseaux travaillent ensemble dans le cadre du programme des Voix du Sud sur le changement climatique, financé par le gouvernement du Danemark, à travers le Climate Capacity Consortium, qui regroupe quatre ONG danoises, le Réseau international d’action pour le climat et l’IIED, avec CARE Danemark comme organisme chef de file.


Kanalreunion.com