Environnement

Séminaire international sur la sécurité maritime à La Réunion

87 millions de matières dangereuses transitent chaque année au large de notre île

Témoignages.re / 24 septembre 2013

Du 23 au 26 septembre 2013, La Réunion accueille le comité du Memorandum d’entente de l’océan Indien sur le contrôle par l’État du port pour la tenue de sa 16ème session annuelle.

JPEG - 41.8 ko
Des délégations des pays riverains de l’océan Indien, de l’Australie à l’Inde et à l’Iran en passant par la Tanzanie et Madagascar, sont dans notre île pendant trois jours.

Le Memorandum d’entente pour le contrôle par l’État du port est un accord entre administrations maritimes qui s’engagent à inspecter un nombre déterminé de navires qui font escale dans leurs ports. Ces contrôles permettent de s’assurer ainsi du respect de diverses conventions internationales relatives à la sécurité des navires, à la prévention de la pollution en mer, à la sûreté et aux conditions de vie et de travail. La Direction de la mer Sud Océan Indien conduit à ce titre annuellement 50 inspections de navires étrangers à La Réunion. Cet accord constitue un puissant moyen de lutte contre les navires « sous normes », visant à leur réduction, voire à leur bannissement.

87 millions de tonnes de marchandises dangereuses ou polluantes transitent en moyenne chaque année aux abords des eaux de La Réunion, 20% du trafic maritime étant assuré par des navires pétroliers, gaziers ou chimiquiers.

L’amélioration constante du niveau de sécurité dans le transport maritime et les inspections des navires conduites par le Memorandum de l’océan Indien participent ainsi à prévenir la sauvegarde de la vie humaine en mer et à réduire le risque de pollution en mer.

A ce 16ème séminaire seront représentées les administrations maritimes de la France, de l’Australie, de l’Inde, de l’Iran, du Kenya, de l’île Maurice, du Qatar, de l’Afrique du Sud, du Soudan, de la Tanzanie, du Yémen, de Madagascar en qualité d’observateur et les Memoranda d’entente de la Mer noire et d’Abuja (Nigeria).

C’est en 1982 qu’a été signé le 1er Memorandum d’entente pour le contrôle par l’État du port. Six administrations maritimes ont pris alors l’engagement réciproque de conduire un pourcentage minimal d’inspections de navires qui font escale dans leurs ports et de s’assurer du respect de diverses conventions internationales qui touchent à la sécurité des navires, à la prévention de la pollution en mer, à la sûreté et aux conditions de vie et de travail à bord des navires.

Cette initiative a été fructueuse, puisqu’aujourd’hui, neuf accords similaires ont été adoptés au plan mondial, et l’ONU, par le biais de l’Organisation maritime internationale, en structure le réseau. Au plan européen, une directive rend contraignante l’effectivité de son application.

Un apport de La Réunion à la France

Tout comme pour la COI, c’est grâce à La Réunion que la France fait partie, depuis 2010, du Memorandum d’entente de l’océan Indien créé en 1999.

Sans créer des normes nouvelles, ces accords entre administrations maritimes développent des systèmes de procédures harmonisées et de partage de l’information entre inspecteurs de la sécurité des navires ; ils constituent un puissant moyen de lutte contre les navires « sous normes » visant à leur réduction, voire à leur bannissement.

En 2012, 5.051 inspections ont été conduites en océan Indien conduisant à la détention de 433 navires.


Kanalreunion.com