Environnement

Tsunami : tirer les leçons du passé

Céline Tabou / 27 décembre 2014

JPEG - 72.5 ko
Le tsunami de 2004 a touché 14 pays de l’océan Indien.

Pour le gouverneur de la province d’Aceh, Zaini Abdullah, des leçons doivent être tirées de cet événement catastrophique : « Cette expérience nous rappelle que l’Indonésie est un lieu sujet aux catastrophes naturelles. Nous devons nous préparer à la survenue de catastrophes, afin de pouvoir en atténuer les conséquences, rapidement. »

Cependant, des doutes persistent quant à la capacité des pays de l’Océan indien à résister à un nouveau tsunami. En dépit des 400 millions de dollars (328 millions d’euros) dépensés dans 28 Etats en dispositifs de prévision, notamment de phénomènes sismiques, la situation reste critique.

Malgré tout, il y a dix ans, les experts ne disposaient d’aucun système d’alerte au tsunami dans l’océan Indien, désormais ils ont mis en place un nouveau système devenu opérationnel en 2013 baptisé « Indian Ocean Tsunami Warning System ». Même si les sismologues ne peuvent pas encore prédire quand un séisme de grande puissance va se produire sous l’océan et déclencher un raz-de-marée, ils peuvent mieux anticiper les vagues qui se déplacent sur des milliers de kilomètres, donnant plus de temps aux populations côtières pour se réfugier sur des zones plus élevées, explique Mike Angove, responsable du programme sur les tsunamis à l’Agence nationale américaine Océanique et Atmosphérique (NOAA) à l’Agence France Presse.


Kanalreunion.com