Environnement

« Un débat riche et fructueux »

Commission consultative du PDEDMA

Témoignages.re / 26 février 2010

Le Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA) a été examiné hier en commission consultative. Une nouvelle étape franchie pour se plan qui devra continuer son chemin jusqu’à la validation par les conseillers généraux d’ici la fin de l’année, afin d’être rapidement mis en œuvre et prendre le relais de décharges bientôt à saturation.

Nouvelle étape dans la révision du Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés (PDEDMA). La commission consultative, composée des représentants des communes et de leurs groupements, du Conseil général, de l’Etat, du Conseil régional, des organismes publics concernés, des professionnels, des associations de protection de l’environnement et des associations de consommateurs, ont examiné le projet de plan révélé le 17 décembre dernier par le Comité de pilotage.
Ce Comité de pilotage, présidé par Eric Fruteau, vice-président du Conseil général délégué à l’environnement, devait se prononcer sur une solution de gestion des déchets pour les dix prochaines années. Quatre scénarii étaient alors envisagés : l’enfouissement avec valorisation au biogaz, la stabilisation avec enfouissement et incinération, la méthanisation avec enfouissement et incinération, et enfin la stabilisation avant enfouissement. C’est cette dernière solution qui avait été retenue. Une technique qui consiste à dégrader la matière organique contenue dans les déchets dans des unités de stabilisation, de façon à réduire les volumes de déchets à l’enfouissement et à limiter l’impact sur l’environnement.
A la suite de cette commission consultative, Eric Fruteau a souligné « l’étape nouvelle franchie, le débat riche et fructueux mené » pour apporter des propositions et contributions au choix du Plan. Alors même que le sujet du traitement des déchets est complexe, suscite des interrogations, et mêmes des polémiques. Il semble donc que le projet de révision du Plan départemental d’élimination des déchets suive son cour. Il devra encore être débattu par d’autres commissions, notamment la commission départementale compétente en matière d’environnement, de risques sanitaires et technologiques, présenté au préfet, aux EPCI, et soumis à enquête publique. Eric Fruteau a ainsi bon espoir de voir adopter le projet de révision du Plan avant la fin de l’année. La décision reviendra aux élus du Conseil général.

Deux préalables : la prévention et le recyclage

Une révision du dernier Plan départemental d’élimination des déchets ménagers et assimilés, datant de 2002, s’avère nécessaire avec l’accroissement des déchets liés à la démographie et à la consommation.
La Réunion produit environ 440.000 tonnes d’ordures ménagères par an... En plus de la stabilisation avant enfouissement, le projet de Plan prévoit donc la réduction de 7% de la production de déchets ménagers (compostage, stop pub, suppression sac plastique sur les marchés forains, consommation éco-citoyenne, etc.) et le recyclage de 50% des déchets (collecte, tri, filière de valorisation), en accord avec les objectifs du Grenelle de l’Environnement.
Le choix de la stabilisation avant enfouissement répond à l’impératif de réduire les volumes à enfouir. Le PDEDMA envisage au moins 3 unités de traitement mécano-biologique par stabilisation et deux nouvelles installations de stockage des déchets non dangereux (centre d’enfouissement). Soit un investissement estimé à 189 millions d’euros et une surface nécessaire de 185 hectares pour des équipements opérationnels dès 2015, afin de prendre le relais des décharges de Pierrefonds et Sainte-Suzanne. En combinant le recyclage et la prévention, ces nouveaux équipements pourront satisfaire aux besoins de traitement au minimum jusqu’à 2020. Année prévue pour la prochaine révision du PDEDMA.

EP


Kanalreunion.com