Environnement

Une Agenda 21 pour les lycéens et les centres de formation

Initiative de la Région

Témoignages.re / 30 octobre 2009

Un outil de plus pour éduquer les citoyens de demain aux défis du développement durable. L’Agenda 21 scolaire est une déclinaison à l’échelle des lycées et des centres de formation, des actions de l’Agenda 21 local défini en 2001.

Les lycées ont désormais leur Agenda 21. Qu’est-ce qu’un Agenda 21 ? C’est un plan d’actions de développement durable pour le XXIème siècle. En 1992, lors du sommet de la Terre à Rio, plus de 170 chefs d’Etat et de gouvernement dont la France, se sont mis d’accord sur un Agenda 21 mondial, baptisé Action 21. Depuis, ce plan se décline au niveau national et local, et souligne l’importance du rôle des collectivités locales pour le développement durable. En 2005, l’UNESCO a lancé la Décennie de l’Education en vue du Développement Durable. Il s’agit de permettre aux jeunes générations de recevoir « une bonne éducation et d’apprendre les valeurs, le comportement et les modes de vie requis pour l’avènement d’un avenir viable et une transformation positive de la société ». Sur le plan national, la Stratégie pour le Développement durable identifie clairement l’éducation comme un moyen d’atteindre les objectifs du développement durable.

Un guide complet

A l’initiative de la Région Réunion, un Agenda 21 local a été lancé en 2001 à l’occasion des premières Rencontres Réunionnaises du Développement Durable. C’est à ce moment là, rappelle la conseillère régionale Marie-Pierre Hoarau, que s’est exprimé « une forte demande des lycées ». L’idée est donc née d’élaborer un guide méthodologique à destination de l’enseignement secondaire.
Ce guide se compose de cinq parties. La première explique l’engagement pour le développement durable, présente les textes fondateurs. La seconde est centrée sur les enjeux spécifiques à la Réunion, les défis à relever. La troisième présente l’Agenda 21 scolaire. La quatrième décline des thèmes précis sur l’alimentation, l’énergie, la biodiversité, ou encore la santé, enrichis de ressources et de témoignages des lycées. La cinquième partie offre une sélection d’outils pratiques et pédagogiques. Un guide très complet qui permettra donc aux lycéens de poursuivre leurs démarches.

Des élèves déjà engagés

Car les établissements d’enseignement secondaire et supérieur n’ont pas attendu cet Agenda 21 pour entreprendre des actions, de l’éco-responsabilité à de véritables démarches de développement durable.
Exemple au CFA de Saint-André. Clément Abdallah, directeur de l’établissement, rappelle la participation à l’élaboration des guides techniques (case à DD, construction en région cyclonique) et les formations de type ouvrier monteur en chauffe-eau solaire.
Christophe Bretagne, directeur du lycée agricole de Saint-Paul, a présenté les actions de coopération régionale, et les actions en faveur de la biodiversité (culture du pitaya, verger raisonné de manguiers). Ainsi, une vingtaine d’étudiants du BTS DARC (développement agricole dans les régions chaudes) ont contribué au développement de l’agriculture paysage dans les bassins canniers de Durban.
Quant au lycée Victor Schœlcher de Saint-Louis, il est l’un des établissements champion du développement durable. A partir de son propre Agenda 21 scolaire, le lycée a entrepris une multitude d’actions : maîtrise des consommations d’énergie (moins 5% d’ici 2010), récupération de vêtements, de jouets pour une redistribution au plus démunis, collecte de bouchons plastiques pour Handisport, collecte de fonds pour lutter contre la mucoviscidose, soutien à l’association AMARE du père Pédro … Des lycéens qui ont bien compris que le développement durable c’est, comme l’a souligné Michel Sinoir directeur de l’Agriculture et de la Forêt, « une approche du progrès équilibré entre le social, l’économie, et l’environnement ».

E.P.


Kanalreunion.com