Environnement

Une convention pour protéger et valoriser les plantes endémiques de La Réunion

Trois-Bassins

Sophie Périabe / 19 juin 2010

Hier, le Parc national de La Réunion, la Mairie de Trois-Bassins et l’association les Amis des plantes et de la nature (APN) ont signé une convention de partenariat pour la promotion des plantes indigènes et endémiques. À cette occasion, deux écoles primaires ont été inaugurées dans la commune.

Trois-Bassins est une commune qui, du littoral au sommet du Grand Bénare, abrite encore des vestiges de trésors écologiques remarquables à travers la faune et la flore. L’objectif de cette convention tripartite consiste à sensibiliser la population, notamment les plus jeunes, aux enjeux de protection du patrimoine végétal, en leur faisant mieux connaître les plantes endémiques et indigènes et en favorisant leur réintroduction dans les cours, jardins et espaces de la commune.
Le Parc national s’engagera dans cette action à travers la participation des agents de l’antenne Ouest, qui apporteront des conseils techniques en accompagnement des différentes phases de l’action. Il contribuera également à la sensibilisation des publics et acteurs de cette opération.
L’APN, qui œuvre pour que soient transmises aux générations futures des plantes locales vivantes et non fossiles, apportera à la commune ses compétences botaniques en plantes locales et offrira graines et plantes pour alimenter une serre communale.
La mairie se chargera, quant à elle, de distribuer des plantes, dans le respect de la réglementation, à la population, aux écoles ou aux associations, à l’occasion de diverses manifestations.
Cette action s’inscrit dans le cadre de l’année de la Biodiversité ainsi que celui du soutien qu’apporte la commune de Trois-Bassins à la candidature de La Réunion au Patrimoine Mondial de l’UNESCO, sous la forme d’un dossier intitulé “Pitons, Cirques et Remparts” porté par le Parc national.

Le nom de Bois de joli cœur vient d’une tradition réunionnaise

Parallèlement à la signature de cette convention, les écoles mixtes A et B ont été baptisées respectivement école Bois de Joli Cœur et école des Benjoins. Pour la petite histoire, le nom de Bois de joli cœur vient d’une tradition réunionnaise : « les jeunes gens timides et amoureux laissaient des feuilles de cet arbre sur les lieux de rendez-vous pour montrer leurs tendres sentiments aux jeunes demoiselles », a raconté le directeur de cette école.
Plusieurs noms d’espèces endémiques ont été retenus par le conseil d’école. Ce sont ensuite les élèves, après concertation avec leurs parents, qui ont voté et choisi ce nom de Bois de joli cœur pour leur école.
Pour symboliser cette inauguration, plusieurs “pieds de bois de joli cœur” ont été plantés dans la cour de l’école.
Et les élèves de cette école se sont investis pleinement dans la thématique qu’est "la protection de l’environnement". Réalisation de fresque, d’une bande dessinée, les enfants ont pris conscience de la lourde tâche qui leur incombait : protéger notre patrimoine naturel pour le transmettre aux générations futures.

 Texte et photos Sophie Périabe  


Un partenariat spécifique entre le Parc national et la 4ème Parc

Le secteur Ouest du Parc national travaille régulièrement avec les équipes pédagogiques des écoles et établissements à la faveur de projets ponctuels ou continus de découverte du milieu. À tous les niveaux, du primaire (écoles mixtes A et B) au lycée en passant par le collège, des interventions des médiateurs et du conseiller Écologie ont été faites en classe ou sur sites. Il est à souligner un partenariat spécifique, qui est une première, initié par le collège de Trois-Bassins avec le secteur Ouest, suite à la création d’une classe 4ème Parc. Ce projet a été facilité par un enseignant devenu récemment professeur relais du Parc national dans le cadre d’une convention avec le Rectorat.


Kanalreunion.com