Environnement

Une qualité de l’eau globalement satisfaisante en 2008

Témoignages.re / 24 juillet 2009

Sur l’année 2008, l’Office de l’Eau estime que la qualité des rivières et des nappes est globalement satisfaisante, mais remarque que les dégradations ont pris un caractère chronique. En cause, les micro-organismes et les pesticides.

Quel est l’état de la ressource en eau à La Réunion ? Comme chaque année, l’Office de l’Eau publie une synthèse à partir des mesures et prélèvements effectués sur les cours d’eau et les nappes souterraines. En 2008, près de 219 millions de m3 d’eau ont été prélevés sur le milieu aquatique essentiellement pour l’alimentation en eau potable (144 millions de m3), l’irrigation (60 millions de m3), l’usage industriel (11 millions de m3) et la réalimentation de milieux naturels, la production des énergies renouvelables (4 millions de m3). Le volume d’eau prélevé est en baisse de 5% par rapport à 2007, et les prélèvements pour la réalimentation de milieux naturels ont doublé. Les prélèvements pour l’irrigation ont diminué de 17%. Sur les 219 millions de m3 d’eau prélevés en 2008, plus de 66% proviennent des cours d’eau et 33% des eaux souterraines.
Sur l’année 2008, l’Office de l’Eau estime que la qualité des rivières est globalement satisfaisante, mais remarque que les dégradations ont pris un caractère chronique.

Assainissement défectueux

22 cours d’eau sont suivis par 35 stations, soit les 13 grandes rivières pérennes et leurs affluents. Les analyses portent sur les micro-organismes, les matières azotées, les particules en suspension, les matières phosphorées, les nitrates, les pesticides, etc… Les micro-organismes sont les principaux polluants surtout pendant la saison des pluies. Sur 29 stations, seulement 3% ont une qualité très bonne et 21% une qualité bonne de l’eau. 14 rivières sur 18 sont contaminées par la pollution fécale (germes présents dans les intestins des hommes et animaux), essentiellement les rivières Saint-Denis, des Pluies, Sainte-Suzanne, Saint-Jean, Marsouins et Saint-Gilles. Principaux responsables, les systèmes d’assainissement défectueux, les rejets d’effluents d’élevage et le ruissellement. Pour les pesticides (herbicides), la situation s’est dégradée par rapport à 2007. Sur 13 bassins versants, 10 sont touchés par une contamination (rivière Sainte-Suzanne, Grand Bras Saint-Jean, Rivière des Roches). Les herbicides détectés sont en majorité le métabolite de l’atrazine, et 5 substances dont l’usage n’est plus autorisé en France. Pour les autres polluants, les résultats sont plutôt corrects à l’exception de la Ravine Saint-Gilles où la qualité de l’eau est dégradée par les nitrates (zones urbaines denses, agriculture variée).
Pour les eaux souterraines, la contamination en nitrates et en pesticides est plus élevée sans pour autant atteindre les seuils critiques. 11 systèmes aquifères sur 15 sont touchés par les pesticides (nappes de Sainte-Marie, Sainte-Suzanne, Rivière du Mât, Saint-Benoît, côte Sud), 3 systèmes aquifères (Plaine des Galets, côte Ouest, Plaine du Gol) sont touchés par les chlorures et un tiers des 60 stations de mesures montrent des signes de dégradation aux nitrates.

E.P.

(1) Qui porte, qui contient de l’eau. www.larousse.fr


Kanalreunion.com