Environnement

Vie Océane : « la réserve marine, une chance pour l’avenir »

Protection des coraux

Témoignages.re / 18 août 2012

Vie océane estime qu’une « réserve marine dans les zones coralliennes de l’ouest de La Réunion, une chance pour l’avenir ». L’association souligne « que de faible extension, puisqu’ils ne bordent que 25 km soit 10% du littoral réunionnais », ces zones « abritent une diversité exceptionnelle avec plus de 3.000 espèces recensées à ce jour ». Vie océane remarque que les récifs coralliens sont gravement en danger et plaide en faveur de leur protection. Nous publions ci-après l’intégralité du courrier de l’association.

« La création de la réserve naturelle marine en février 2007 est une réponse réglementaire de l’état face à la dégradation des récifs coralliens de la zone ouest de La Réunion. Cette dégradation amorcée dans les années 80 s’est poursuivie au cours des décennies suivantes amenant ce milieu à un niveau critique.
Bien que de faible extension, puisqu’ils ne bordent que 25 km soit 10% du littoral réunionnais, ils abritent encore aujourd’hui une diversité exceptionnelle avec plus de 3.000 espèces recensées à ce jour.
Les causes de dégradation sont multiples mais toutes liées à l’accroissement des pressions anthropiques : surexploitation de la ressource par toutes sortes de pêche, piétinement des coraux, rejets d’eau usée ou pluviale apportant leurs lots de contaminants, de particules sans oublier les risques liés au réchauffement climatique et à l’acidification des océans.

Des reliefs vivants

Or ces reliefs vivants construits au cours de ces 8 derniers milliers d’années constituent non seulement une richesse biologique et une nursery pour de nombreuses espèces, une ressource, un atout économique et touristique mais aussi une protection des littoraux, des plages, des zones urbaines côtières contre l’assaut des houles et la remontée du niveau de la mer.
Ne rien faire, ne pas réglementer les activités humaines autour des récifs coralliens, c’est voir disparaître rapidement les poissons, les coraux, la biodiversité et à terme la barrière elle-même.
Au cours de ces 5 dernières années, pas à pas, le gestionnaire de la réserve naturelle nationale marine (RNNMR) a mis en place son plan de gestion pour non seulement préserver la faune et la flore de ce milieu mais aussi pour essayer de restaurer les conditions nécessaires à sa résilience alors que pendant le même temps l’urbanisation et la population sur la zone ouest ne cessaient de croître. Les premières actions de la RNNMR ont été avant tout pédagogiques : expliquer les réglementations et leurs fondements aux différents usagers.

« Il faudra du temps »

Quelques indices montrent que certaines espèces devenues rarissimes suite à la pression de pêche, pourraient voir leur effectif remonter : ce serait le premier frémissement d’un effet réserve. Les prochaines études devraient confirmer ces tous premiers résultats encourageants mais très loin encore d’une biomasse d’un récif corallien en bonne santé (actuellement 400KG/ha contre 4.000KG/ha dans un récif en bonne santé)…Rappelons, que le recouvrement corallien est aujourd’hui bien faible, 16% en moyenne, alors qu’il devrait être aux alentours de 60%. Il faudra du temps pour que l’on retrouve un réseau trophique équilibré et un effet réserve abouti.
Nous appelons à soutenir la réserve naturelle marine et ses actions afin de donner l’opportunité à nos enfants de pouvoir contempler l’incroyable richesse des récifs coralliens, n’oublions pas qu’ils sont une chance pour l’avenir de La Réunion… »

(Source Imaz Press Réunion)


Kanalreunion.com