Environnement

Violation du Règlement sur le Bois : sanctions contre une société

Pays-Bas

Témoignages.re / 9 mars 2016

Les Pays-Bas ont imposé aujourd’hui une première sanction à une société néerlandaise pour avoir violé le Règlement sur le Bois de l’Union Européenne. La sanction fait suite à une enquête de Greenpeace au Cameroun sur la société controversée de bois CCT, qui s’approvisionne en bois de la part d’entreprises impliquées dans l’exploitation forestière illégale et l’exportation du bois dans plusieurs pays d’Europe, y compris les Pays-Bas.

JPEG - 43.4 ko

Meike Rijksen, chargé de campagne Forêts à Greenpeace Pays-Bas, a déclaré : « En sa qualité de président actuel du Conseil de l’UE, les Pays-Bas peuvent contribuer à mettre un terme au commerce de bois illégal en Europe. Nous appelons le gouvernement néerlandais à exiger un engagement politique des Etats membres de l’UE et faire en sorte que les entreprises européennes suivent la réglementation et gardent le bois illégal en dehors du marché ».

CCT commercialise du bois provenant d’exploitation forestière très destructrice, plusieurs de ses fournisseurs se sont révélés impliqués dans l’exploitation illégale, selon un rapport de Greenpeace publié l’an dernier. Greenpeace a tracé le bois de CCT et en a trouvé dans plusieurs pays importateurs en Europe, dont une société néerlandaise, Fibois BV à Purmerend. Greenpeace a fait part de ses préoccupations justifiées aux autorités néerlandaises. Ce qui a donné lieu à une sanction conditionnelle pour la société néerlandaise. En outre, les autorités ont déposé un rapport officiel auprès du procureur. Dans un communiqué de presse, les autorités néerlandaises ont déclaré que : « En raison de la situation politique dans le Bassin du Congo, le bois du Cameroun ne peut être mis sur le marché si l’importateur n’a pas pris des mesures d’atténuation suffisantes pour amoindrir le risque que le bois soit récolté illégalement. »

Greenpeace a non seulement trouvé le bois de la CCT aux Pays-Bas – des opérateurs en Allemagne, en Belgique et en Espagne se sont également approvisionnés du bois de la de CCT. Greenpeace demande aux autorités compétentes de ces pays de prendre des mesures coercitives immédiates comparables à celle des Pays-Bas. La mise en œuvre uniforme et efficace de la législation de l’UE interdisant l’entrée de bois illégal sur le marché de l’UE est d’une importance capitale.

Le Cameroun est en proie à une vaste exploitation forestière illégale, une grande corruption et un système de contrôle faible. Ce que le Ministère des Forêts au Cameroun a tenté de nier.

« Le gouvernement camerounais a besoin de renforcer la lutte contre les illégalités et la corruption dans le secteur du bois. Le Cameroun doit travailler sérieusement avec l’UE pour assurer une mise en œuvre adéquate de l’Accord de Partenariat volontaire, visant à combattre l’exploitation forestière illégale et le renforcement de la gouvernance forestière au Cameroun. Dans un premier temps, nous encourageons fortement le ministère camerounais des Forêts à examiner correctement les sociétés mentionnées dans notre rapport et de les sanctionner si des activités illégales sont confirmées », Conclue Irene Wabiwa, Responsable de la Campagne Forêt à Greenpeace Afrique.


Kanalreunion.com