Environnement

WWF : « La croissance bleue face au défi du bon état écologique »

Méditerranée française : une zone sous pression

Témoignages.re / 4 novembre 2015

Dans un communiqué, le WWF pointe les antagonismes de la croissance économique méditerranéenne.

La Méditerranée fait aujourd’hui l’objet d’un développement économique sans précédent, sous l’effet conjugué du développement des échanges commerciaux entre l’Europe et l’Asie, de la croissance du tourisme international, du développement extrêmement rapide du nombre de contrats hydrocarbures offshore et de la stratégie « Croissance Bleue » de la Commission européenne. Dans le cadre du projet MedTrends, le WWF a exploré les scénarios les plus probables d’évolution de l’économie maritime en Méditerranée en Méditerranée française comme dans les autres pays européens de la Méditerranée. Ce projet a permis de cartographier pour la première fois les différentes activités économiques en Méditerranée et de mettre en perspective les tendances de croissance des activités en Méditerranée française face au défi des objectifs européens : atteindre le bon état écologique d’ici 2020.

En Méditerranée française, tous les secteurs traditionnels de l’économie maritime tels que le tourisme, le transport maritime, l’aquaculture ou encore l’exploration voire l’exploitation d’hydrocarbures devraient poursuivre leur croissance au cours des 15 prochaines années, à l’exception de la pêche professionnelle. De nouveaux secteurs comme celui des énergies renouvelables émergent également dans la région. A plus long terme, l’exploitation minière des fonds marins et le développement des biotechnologies pourraient également se développer dans le bassin méditerranéen sous l’impulsion de l’Union européenne. La pollution marine d’origine terrestre reste également extrêmement importante en Méditerranée.

Les évolutions des activités les plus importantes et les pressions qui en résultent sont susceptibles de générer des antagonismes intersectoriels importants, notamment entre les secteurs qui dépendent fortement des services rendus par les écosystèmes marins (tourisme, pêche, aquaculture…) et les industries extractives offshore ou le trafic maritime.

La croissance rapide prévue de l’économie maritime représente clairement une menace supplémentaire potentielle pour la santé des écosystèmes méditerranéens déjà dégradés. « Il est probable que les pressions et impacts cumulatifs générés par une exploitation croissante de la mer augmentent à un rythme plus rapide que les effets des avancées technologiques et la mise en œuvre des politiques de protection des écosystèmes marins », explique Denis Ody, Responsable du bureau de WWF France de Marseille. « Compte-tenu des courtes échéances, il est probable que le bon état écologique ne soit pas atteint en 2020. La prévention ou la réduction des impacts environnementaux et la mise en œuvre d’un usage durable de l’environnement marin reste un défi important pour la mer Méditerranée », souligne Isabelle Autissier, Présidente du WWF France.

Bâtir une gestion intégrée de la mer basée sur une économie bleue durable
Dans son rapport, le WWF appelle à une vision prospective partagée pour l’avenir de l’espace maritime méditerranéen prenant en compte la biodiversité et les écosystèmes au niveau national ainsi qu’à l’échelle du bassin méditerranéen, pour éviter une croissance sans pratiques durables encadrées, qui serait un danger pour la croissance.

« Il est aujourd’hui beaucoup question de « croissance bleue », mais des lignes directrices pour la mettre en œuvre dans la pratique manquent cruellement. La question est : où va avoir lieu cette "croissance bleue" ? Quelles sont ses impacts cumulés à moyen et long terme ? Est-elle compatible avec un bon état de santé du milieu marin ? Une gestion intégrée de la mer nécessite un accord sur les principes d’une économie bleue durable en donnant la priorité à la mise en place d’une économie circulaire au niveau européen, en favorisant la transition énergétique et en titre d’exemple, à tout nouveau développement pétrolier ou gazier. L’augmentation du trafic maritime et ses impacts doivent être anticipés.

Le WWF recommande en outre la mise en œuvre d’une pêche durable, y compris le soutien à la pêche artisanale. Il appuie la réforme de la Politique Commune de Pêches allant dans le sens de plans de gestion des stocks à long terme et d’une approche écosystémique de cette gestion.

La création d’Aires Marines Protégées au-delà des eaux territoriales est également un enjeu éminemment prioritaire pour permettre de protéger les richesses encore intactes de la Méditerranée.

Voir en ligne : http://awsassets.wwfffr.panda.org/d...


Kanalreunion.com