Quel avenir

Les manifestants veulent dépasser un capitalisme repeint en vert

RIO+20 : « L’AVENIR QUE NOUS VOULONS »

Témoignages.re / 22 juin 2012

Pendant que les chefs d’État et de gouvernement commençaient leurs discours, une grande manifestation a rassemblé des dizaines de milliers de personnes dans les rues de Rio.

Un changement fondamental du modèle, tel est le mot d’ordre qui a rassemblé de très nombreux manifestants mercredi à Rio. Au même moment, les chefs d’État et de gouvernement ont commencé à se succéder à la tribune de la conférence Rio+20.
Pour les manifestants, il ne s’agit pas seulement d’ajouter une touche de vert au capitalisme, c’est tout le système qui doit être revu de fond en comble. Car ils estiment que le fait de remplacer les énergies fossiles par des énergies renouvelables ne suffit pas. Certes, l’empreinte laissée par une économie verte permet de mieux préserver l’environnement, mais pour les manifestants cela ne résout pas d’autres faits incompatibles avec le développement durable.
Le Brésil est un des pays les plus durement touchés par la déforestation, et force est de constater que sur cette question, les États n’ont pas abouti sur des mesures contraignantes. Or, quand des arbres sont coupés, ce n’est pas seulement la biodiversité qui prend un coup, c’est la diversité culturelle qui est attaquée. Il existe en effet dans les forêts des peuples qui ont appris à vivre avec, à en tirer tout ce dont ils ont besoin pour vivre tout en étant capable de la préserver. Mais quand les arbres tombent, ces peuples disparaissent, car pour eux, la ville est une jungle dans laquelle leur chance de survie est réduite.
Même si le capitalisme est repeint en vert, cela ne remet pas en cause les fondements d’un système injuste. Le dépassement de ce modèle est le principal mot d’ordre de ces manifestations qui constituent des rassemblements très importants à chaque sommet. Le temps de l’action approche, car les peuples continuent de disparaître.


Kanalreunion.com