Tourisme

Tout ça …pour ça !

Baisse du nombre de touristes en 2012 :

Témoignages.re / 24 décembre 2012

C’est à Maurice que l’Ile de La Réunion Tourisme a annoncé une baisse importante du nombre de touristes en 2012 par rapport à l’année précédente. De quoi s’interroger sur l’efficacité de l’IRT…

Lors d’une conférence de presse à... Maurice, le directeur de l’IRT, Pascal Viroleau, a confirmé que le nombre de touristes qu’aura accueilli La Réunion en 2012 accuserait une baisse sensible par rapport à 2011.

L’une des raisons avancées est la diminution de touristes venant de la France. Force est de constater que pour le tourisme également, La Réunion reste fortement dépendance de la France continentale et que l’IRT n’a toujours pas réussi, malgré des moyens considérables alloués par la Région, à entreprendre et concrétiser l’objectif de la diversification des marchés émetteurs qui doit être la priorité stratégique.

JPEG - 89.9 ko

Mais au delà de la proclamation, la Région et l’IRT adhèrent-elles vraiment à cette stratégie ? On peut en tout cas s’interroger sur l’efficacité de l’IRT, sur ses choix de communication et sur la réalité du travail véritablement entrepris dans la direction souhaitée.

On peut se demander à quoi ont servi l’augmentation considérable des subventions octroyées à l‘IRT, la participation de délégations réunionnaises à une série d’évènements en métropole (on se souvient de la « ronde des Régions), l’explosion de des effectifs de l’IRT (près de 90 personnes aujourd’hui) sans oublier les somptueux loyers : rien que pour le siège de Saint-Paul, le loyer payé par l’IRT est de… 34.796 euros par mois ! Manifestement, ces conditions de travail « royales » ne garantissent pas l’efficacité du travail accompli. Sans sous estimer les éléments défavorables de la conjoncture en 2012 (notamment l’impact des épisodes « requins »), le débat doit s’ouvrir sur la politique de la Région en matière touristique et sur l’efficacité des moyens alloués à l’IRT. A quoi sert de consacrer tant de crédits au fonctionnement de l’IRT, de multiplier les escapades en métropole, si on n’est pas capable de faire avancer l’essentiel, c’est à dire la diversification des marchés émetteurs ?

Ce qui est sur, c’est qu’après avoir annoncé que le tourisme est devenu la grande priorité régionale et qu’on allait voir ce qu’on allait voir, la Région se heurte, sur ce dossier comme sur d’autres, au mur de la réalité…qu’elle semble découvrir… Et c’est au pied du mur que l’on reconnait le maçon…

A.P.


Kanalreunion.com