Transports aériens

Air France perd 20 millions en 5 jours, comment redresser ?

Un défi à relever à la mesure des compétences de Didier Robert

Manuel Marchal / 27 janvier 2012

En moins d’une semaine, Air France a perdu 20 millions. Qu’attend donc Didier Robert pour dicter une feuille de route à cette compagnie pour qu’elle remonte la pente ? Qu’attendent certains médias pour soutenir cette proposition, car il est vraiment dommage d’un joyau de l’industrie française soit privée de telles compétences.

Le journal "Les Échos" de mercredi indique que « le PDG d’Air France, Alexandre de Juniac, a été auditionné par l’Assemblée nationale mercredi matin, alors même que celle-ci venait d’adopter dans la nuit le projet de loi controversé sur l’encadrement du droit de grève dans le transport aérien ».
Selon "Les Échos", le PDG d’Air France a dit en substance que la dernière grève des hôtesses et stewards, du 29 octobre au 2 novembre dernier, en pleines vacances de la Toussaint, avait coûté un peu plus de 20 millions d’euros à la compagnie. « Tout conflit ou toute grève des personnels qui immobilise nos avions a un coût très important pour la maison », a-t-il affirmé devant la Commission du Développement durable.
20 millions d’euros, c’est le déficit que doit subir Air Austral à cause de la hausse des prix des carburants. À La Réunion, il s’est trouvé des experts anonymes pour supplier par voie de presse Didier Robert de s’octroyer la présidence du Conseil de surveillance d’Air Austral. Aussitôt installé, ce dernier se fait fort d’imposer une feuille de route à la Direction pour soi-disant redresser la situation.
Il est vraiment dommage que de telles compétences se limitent à la compagnie réunionnaise. Air France vient de perdre 20 millions en cinq jours, et les experts qui ont soutenu Didier Robert sont devenus silencieux. Qu’attendent-ils pour demander au président de Région de voler au secours d’Air France en prenant la Direction de la compagnie nationale afin de lui dicter une feuille de route pour redresser la situation ? Il est vraiment dommage pour la France que de telles compétences ne soient pas mises au service de la sauvegarde d’un de ses derniers joyaux, Air France.

M.M.


Kanalreunion.com