Transports aériens

AIRBUS A380 : fierté des Réunionnais

L’avion a quitté La Réunion hier

Manuel Marchal / 13 novembre 2009

L’Airbus A380 vient de passer une journée dans notre île. Sa présence est la démonstration que les Réunionnais sont capables d’apporter des solutions à leurs problèmes. D’ici quatre ans, un premier A380 sera basé à La Réunion où il sera utilisé comme l’instrument de la baisse des prix des billets d’avion sur le long courrier.

L’Airbus A380 a décollé. Hier matin, un nombreux public a vu le premier décollage d’un Airbus A380 à La Réunion. Au terme d’une visite d’une journée marquée par un accueil triomphal, l’Airbus A380 s’est envolé pour Maurice où il fait escale avant de se rendre au Salon aéronautique de Dubaï où il ne sera pas en terre inconnue. En effet, une compagnie aérienne de Dubaï, Emirates, a commandé à elle seule plus de A380 qu’Air France, British Airways et Lufhansa réunies. Et elle a déjà reçu ses premiers exemplaires.
Ce premier atterrissage-décollage réussi est un événement considérable. Il s’inscrit dans une dynamique réunionnaise dans laquelle la Région a joué un rôle moteur.

Cinq mois après l’ouverture de la Route des Tamarins, et un mois après la reconnaissance du maloya en tant que Patrimoine mondial de l’humanité, les Réunionnais ont participé à un nouvel événement signe d’une nouvelle ère.
En juin dernier, l’ouverture de la Route des Tamarins avait libéré notre île des embouteillages historiques de Saint-Leu, Saint-Gilles et Saint-Paul. Du jour au lendemain, c’est la vie de toute La Réunion qui a changé. Tout cela, grâce à un investissement financé à 85% par la Région, et à 15% par des crédits européens.

Après la Route des Tamarins et le maloya

Le 1er octobre dernier, c’est le maloya qui devient un patrimoine mondial de l’humanité. Chacun se souvient des années de luttes qu’il a fallu mener pour ne pas que le maloya disparaisse, puis pour qu’il soit considéré comme une part de la culture de tous les Réunionnais, au même titre que les apports de toutes les civilisations dont venaient nos ancêtres.
Lancée par la Région et la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, la demande a fini par aboutir auprès de l’UNESCO.
Le 31 octobre dernier, une stèle rendant hommage à tous les ancêtres privés de sépulture a été inaugurée au cimetière du Père Lafosse à Saint-Denis.
Résultat d’une initiative de la Région et de la Maison des civilisations et de l’unité réunionnaise, la stèle est une étape importante dans la réappropriation par les Réunionnais de plus de la moitié de leur Histoire, c’est à dire la partie pendant laquelle certains de leurs ancêtres ont livré une guerre de deux siècles contre le régime de l’esclavage.

Malgré la crise, la progression

Mercredi, l’arrivée de l’Airbus A380 a été accueillie très chaleureusement. C’est un événement qui renforce la dignité des Réunionnais.
Alors que le monde est en pleine crise, ils constatent que la seule compagnie basée à La Réunion met en service deux Boeing 777 supplémentaires, ouvre une ligne nouvelle vers l’Australie et Nouméa, un autre bientôt entre les Comores et l’Europe sans oublier la desserte de la Thaïlande. De plus, cette compagnie décide d’acheter deux Airbus A380.
Cette acquisition va déboucher sur une nouvelle étape dans la démocratisation du transport aérien. À partir de la recherche d’une solution à un problème, la continuité territoriale, les Réunionnais sont à l’origine d’un changement majeur dans la manière de voyager. C’est en effet une compagnie réunionnaise qui lance le long courrier à bas coût.

Manuel Marchal


Pas de développement endogène sans direction endogène

Tout le monde a pu constater qu’Air Austral a été la cible d’attaques, où certains ont affirmé que la compagnie est subventionnée par la Région. Ceux qui critiquaient Air Austral voulaient que les compagnies aériennes financent la continuité territoriale à la place de l’État.
Pourquoi ces reproches n’ont-ils pas été faits aux deux autres compagnies qui relient La Réunion à Paris via la ligne directe et via Maurice ? Pourquoi avoir attaqué Air Austral ? Il s’agissait de casser les intérêts réunionnais en fragilisant Air Austral afin qu’elle ne puisse pas mener à bien les projets qui progressent aujourd’hui : desserte de l’Australie et de Nouméa, augmentation de l’offre sur La Réunion-Paris avec la mise en service de deux nouveaux Boeing 777… et acquisition de deux Airbus A380.
Avec la venue de l’A380, les masques tombent et ceux qui se réfugiaient derrière l’argument de la baisse des prix du billet apparaissent pour ce qu’ils sont : des adversaires du développement de La Réunion.
Ceci rappelle qu’il appartient aux Réunionnais de conduire le développement endogène. Pas de développement endogène sans direction endogène, c’est ce que souligne le succès de la venue de l’A380 à La Réunion.


Kanalreunion.com