Transports aériens

Airbus A380 : prouesse technologique et… conquête sociale

Transport aérien

Geoffroy Géraud-Legros / 17 novembre 2009

La mise en service de deux Airbus A380 par la compagnie régionale Air Austral en 2014 et 2015 constitue un progrès considérable sur le plan technologique et environnemental, en substituant un avion moderne et plus respectueux de l’environnement aux gros porteurs de référence, les Boeings 747.

L’emploi de ces derniers à partir de la décennie 1970 avait engagé un premier mouvement de démocratisation du transport aérien. Néanmoins, au vu des innovations technologiques contemporaines et de la prise de conscience de l’impératif environnemental, l’avion américain est aujourd’hui dépassé par son concurrent européen, dont le volume et l’aboutissement technique permettent de transporter plus de voyageurs pour un moindre coût écologique.
L’acquisition de l’A380 par la compagnie Air Austral constitue de surcroît un progrès social.

Une classe unique

Si la capacité de base généralement annoncée de l’A380 est de 525 places, ce calcul inclut l’espace considérable dédié à la classe “affaires” et aux différents compartiments incluant un certain standing, qui transportent les voyageurs les plus riches dans des conditions de confort bien supérieures à celles des usagers des classes “économiques”, aux revenus plus modestes. Les évolutions contemporaines ont montré une explosion du voyage en classe “affaires” et un développement des installations de luxe dans les avions gros porteurs. Plusieurs compagnies, dont Emirates, ont largement investi dans ce type d’aménagement des avions et dans des prestations de haut standing.
C’est un choix diamétralement opposé qui a guidé Air Austral lors de l’acquisition des deux Airbus. En instaurant un système de classe unique, la compagnie réunionnaise sera en mesure de prendre en charge près de 850 voyageurs dans chacun des deux appareils, tout en assurant des conditions de confort supérieures aux voyages en classe économique standard.
Conséquence pour les consommateurs : un abaissement du prix des billets estimé à 30%, dont bénéficieront toute l’année les usagers de la compagnie régionale. Ainsi, dans un secteur économique marqué par le poids des monopoles ou quasi-monopoles hérités de l’histoire coloniale, ce nouvel essor de la flotte d’Air Austral fait apparaître que les problèmes majeurs de notre pays — ici l’enclavement et l’inégalité sociale devant le transport aérien — ne sont jamais si bien réglés que par l’engagement, l’action et l’investissement des Réunionnais eux-mêmes.

Geoffroy Géraud


Kanalreunion.com