Transports aériens

Airbus A380 : Un pas vers le désenclavement et le développement durable.

Baisse des prix et démocratisation

Témoignages.re / 4 novembre 2009

Invité par Airbus en compagnie d’autres journalistes réunionnais à visiter le siège de Toulouse-Blagnac, « Témoignages » a suivi les conférences et présentations organisées dans le cadre de l’acquisition de l’A380 par Air Austral.

Avec une augmentation de près de 5% par an, le nombre de passagers qui empruntent l’avion devrait doubler à l’issue des 20 prochaines années… Soit, en deux décennies seulement, une augmentation égale à celle des 40 dernières années ! A l’horizon 2030, les transporteurs utiliseront environ 1300 très gros porteurs, dont plus de la moitié seront concentrés dans l’aire qui couvre l’Asie et le Pacifique. Comment, dans ces conditions, faire face à cette explosion de la demande, alors que les aéroports sont saturés et que le transport aérien doit impérativement réduire les gaz à effet de serre ? Posées au niveau global, ces questions se déclinent dans notre île, engagée dans un processus de développement durable, et dont la population passera de 800.000 aujourd’hui à un million au cours des 15 prochaines années.
Elaboré en partenariat avec les compagnies aériennes, intégrant une réflexion écologique, l’A380 est le modèle le plus adapté pour répondre aux défis du transport aérien à La Réunion. Avec l’acquisition d’un tel appareil par Air Austral, notre pays fait un pas nouveau sur la voie du désenclavement et du développement durable.

Un agent de démocratisation du transport de passagers…

Avec 525 sièges, l’Airbus A380 est aujourd’hui le plus gros avion civil de l’histoire, capable d’emporter plus 40% de voyageurs en plus que ces prédécesseurs. "Surdensifié", c’est-à-dire aménagé de manière à embarquer le plus grand nombre de passagers possible, l’A380 pourra assurer le transport de 852 personnes. La mise en service de cet avion permettra donc d’accroître le nombre de voyageurs au départ et à l’arrivée de La Réunion… avec une conséquence positive en terme de coût du transport. En effet, le gain de capacité s’accompagne d’une baisse des coûts par siège au kilomètre. Cette amélioration est obtenue grâce au progrès techniques dont a bénéficié l’appareil : utilisation de matériaux composite, plus légers, aérodynamique revisitée par rapport à l’appareil de référence précédent, le Boeing 747, nouveaux réacteurs. Au final, les économies s’élèvent à plus de 20% par siège au kilomètre, faisant de l’A380 celui des long-courriers le plus avantageux sur le plan économique.

….plus respectueux de l’environnement.

L’acquisition de l’A380 par Air Austral permet en parallèle de réduire l’impact du transport sur l’environnement. Parmi les appareils de ce type, l’A380 est en effet aujourd’hui celui qui consomme le moins de carburant. Là encore, ce sont en premier lieu des innovations technologiques qui ont permis cette amélioration. Les différents types de moteurs -Rolls royce Trent 900 et GP 7000 Engine-Alliance-, susceptibles d’équiper les appareils ont reçu, de 2006 à 2008, les certifications en terme d’environnement auprès des institutions européennes et américaines. Avec une consommation de 3 litres de kérosène pour cent kilomètres et par passager, l’A380 est très économique.
La capacité accrue de l’avion est elle-même un facteur de réduction des atteintes à l’environnement : en effet, l’accroissement considérable du transport de passager permet de réduire le nombre de vols, tout en faisant face à l’accroissement du nombre de passagers. Déjà, il a été possible de remplacer deux vols de 777 entre Londres et New-York par un seul vol d’A380, parvenant ainsi à abaisser le niveau d’émissions tout en augmentant le nombre de passagers transportés.

Envoyé spécial.


La réponse en actes aux mauvaises querelles.

Le coût considérable du transport aérien pèse lourdement sur l’économie et la société réunionnaise. Frappant une population aux revenus peu élevés, les tarifs de déplacement aériens excluent aujourd’hui de nombreux Réunionnais de la mobilité, au sein de la République et dans la zone Océan Indien.

Au fondement de cette injustice sociale et de cet enclavement, les survivances, dans le secteur aérien, d’une relation exclusive entre notre île et l’ancienne puissance coloniale. La création d’une compagnie régionale, Air Austral, est la réponse des forces vives de notre pays à la persistance d’un rapport qui ne prend en compte ni les spécificités, ni les intérêts des Réunionnais.
Ce pas en direction d’une solution proprement réunionnaise au problème du transport aérien n’a pas manqué de déclencher une série d’attaques ; aucune mauvaise querelle, aucune tentative de déstabilisation n’ont été épargnées à la compagnie régionale. En répondant au défi de la démocratisation du transport aérien, l’acquisition d’un Airbus A380 par Air Austral constitue une réponse en actes aux manœuvres qui, au final, ont pour seul but de maintenir les archaïsmes hérités d’un système de monopole colonial.


Hadi Akoum, responsable des ventes pour le secteur Afrique

«  Air Austral est une compagnie magnifique  ».

Lorsqu’il évoque la compagnie régionale réunionnaise, Hadi Akoum ne cache pas son enthousiasme. « Vous avez une compagnie magnifique », s’exclame-t-il en se rendant à la rencontre de la délégation de la presse réunionnaise venue visiter le siège et les installations d’Airbus. Le haut cadre de la compagnie évoque aussi la « culture d’entreprise unique » d’Air Austral, comment, ajoute-t-il, « ne pas être impressionné par le dirigeant de votre compagnie, Gérard Ethève, et de l’attention que porte celui-ci à chaque détail ? » Air Austral, conclut-il, a « une envergure et une identité qui la rendent unique, et constituent sa force ».

Envoyé spécial.


Kanalreunion.com