Transports aériens

Didier Robert préfère Air Mauritius et donc Air France à Air Austral

L’alliée d’Air France dans l’instance chargée de définir la politique touristique de la Région

Manuel Marchal / 21 septembre 2010

Une seule compagnie aérienne est représentée dans le "Pôle de compétence et d’expertise touristique" « directement rattaché à la présidence de la Région ». Ce n’est pas Air Austral, mais Air Mauritius. Par conséquent, le séjour du président de la Région la semaine dernière à Maurice a donc du mal à être considéré comme autre chose qu’un nouveau coup porté contre Air Austral. Il suffit de voir combien le gouvernement mauricien, propriétaire d’Air Mauritius, est heureux de l’initiative de Didier Robert, et voici pourquoi.

Dans la nouvelle Direction de la Région, Didier Robert s’est attribué la délégation au Tourisme. Et un peu plus de deux mois après son élection, il a présenté comment il compte gérer cette délégation lors de la présentation du nouveau bureau de l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT). Le fait du jour n’a pas été seulement la nomination de Jacqueline Farreyrol à la présidence de l’IRT. Cela a été également l’annonce d’une nouvelle structure chargée de définir les orientations de la politique touristique de la Région.
Autour de Didier Robert se trouve donc un groupe de personnes qui n’a de compte à rendre qu’au premier adjoint du Tampon, mais qui « aura en charge la définition, le suivi et le contrôle de l’ensemble des actions portées par notre collectivité en matière de tourisme ».
Dans ce "Conseil des Sages" se trouvent des amis politiques de longue date, mais également un représentant des compagnies aériennes. Connaissant les déclarations répétées de Didier Robert quant à sa volonté de développer le tourisme à La Réunion, tous les observateurs s’attendaient à ce que cela soit la compagnie réunionnaise Air Austral qui fasse partie du "Pôle de compétence et d’expertise touristique" « directement rattaché à la présidence de la Région ». Surprise, c’est précisément une concurrente d’Air Austral, Air Mauritius, c’est-à-dire l’alliée d’Air France, qui a été choisie pour occuper le siège.

Une concurrence évidente

Tout le monde sait que Air France et Air Mauritius tentent de casser les prix sur la ligne La Réunion-Maurice-Paris pour essayer de prendre un maximum de passagers à Air Austral. D’ailleurs, l’offensive contre la compagnie réunionnaise est tellement forte qu’elle ne s’embarrasse guère de la loi. En effet, Air Mauritius permet depuis peu à Air France de contourner un traité international signé entre la France et Maurice pour la ligne Maurice-La Réunion. Cette décision donne la possibilité à Air France d’ouvrir une ligne La Réunion-Maurice-Paris sous ses propres couleurs. Cette annonce a été faite lors de la visite du ministre mauricien du Tourisme venu rencontrer Didier Robert.
De plus, Air France, apprenant l’ouverture par Air Austral d’une ligne Nantes-La Réunion en février prochain, décide de mettre à contribution une filiale belge d’Air France-KLM pour ouvrir dès le mois d’octobre une ligne Nantes-La Réunion avec correspondance à Orly.
C’est donc dans ce contexte que le président de la Région s’est rendu à Maurice, jeudi dernier, pour participer à la présentation du concept des "Îles vanilles". Accueilli comme un frère par le gouvernement mauricien, propriétaire d’Air Mauritius, Didier Robert n’eut de cesse d’être félicité par ses hôtes mauriciens concernant ses projets. Cela se comprend facilement. En effet, Maurice est en pleine crise, et à la différence d’Air Austral, Air Mauritius est en déficit. "L’Express" d’hier indique d’ailleurs que les ventes ont baissé de moitié, selon la Chambre de commerce de Maurice.

Un but contre son camp

Pour remonter la pente, Maurice ne peut s’appuyer que sur une seule clientèle fidèle, il s’agit des touristes venant de La Réunion et de la France. Du fait de la durée inconnue de la crise économique mondiale, Maurice veut donc renforcer cette base et compte donc sur le travail de Didier Robert pour y arriver. Cela veut dire qu’il faut qu’un maximum de personnes vivant à La Réunion ou y venant en vacances partent également à Maurice, et donc repartent de Maurice pour regagner l’Europe plutôt que de La Réunion. Il faut donc nécessairement que l’idée du combiné Maurice-La Réunion profite avant tout à Maurice. Et, force est de constater qu’une seule compagnie est en mesure d’assurer quotidiennement la rotation Paris-La Réunion-Maurice-Paris : c’est Air France avec l’aide d’Air Mauritius. Cette possibilité a été interdite à Air Austral par le gouvernement mauricien. Si Didier Robert avait comme préoccupation la défense des intérêts des Réunionnais et de leur compagnie aérienne, pourquoi donc ne fait-il pas pression sur ses amis mauriciens et sur son gouvernement à Paris pour qu’ils permettent à Air Austral d’assurer la liaison Maurice-Paris ?
Cette succession de faits démontre que les intérêts d’Air Mauritius et d’Air France sont mieux défendus que ceux d’Air Austral par le nouveau président de la Région.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com