Transports aériens

Grève reconduite à Air Austral

Toujours pas de projet de protocole d’accord conforme au résultat des discussions

Manuel Marchal / 11 janvier 2017

Le 9e jour de grève à Air Austral a connu un important rebondissement hier. Le projet de protocole d’accord rédigé par la direction ne correspondait pas à ce qui avait été acté la veille à l’issue de la négociation avec les représentants des salariés. Ce fait a aggravé la crise de confiance entre la direction et les grévistes. Dans ces conditions, il était impossible à l’assemblée générale des grévistes de voter sur ce texte. Les travailleurs ont donc décidé de reconduire le mouvement. Ils n’excluent pas de recourir à de nouvelles actions pour avoir le droit de délibérer sur un texte qui reflète la réalité du résultat des négociations.

JPEG - 66.2 ko
Les grévistes ont découvert hier que le projet de protocole d’accord rédigé par la direction ne correspond pas à ce qui avait été négocié la veille.

Au terme d’une longue négociation lundi soir, représentants des salariés et direction d’Air Austral avaient acté plusieurs avancées pour les travailleurs qui devaient être inscrites dans un projet de protocole d’accord. Ce document devait être soumis au vote d’une assemblée générale hier à 11 heures, décidant de la poursuite ou pas de la grève lancée le 2 janvier à l’appel de l’UNSA. Envoyé par la direction dans la nuit de lundi à mardi, le texte ne correspondait pas à ce qui était convenu. Hier, au bout de 9 jours de grève, force était de constater que la confiance envers la direction était rompue. C’est pourquoi les salariés ont décidé en fin de matinée de reconduire la grève tant que le projet de protocole d’accord ne correspondra pas à ce qui a été négocié. Une délégation s’est ensuite rendue dans le siège d’Air Austral pour demander le respect de ce qui a été acté.

Rappel de ce qui a été obtenu

Auparavant, une lecture du texte a été faite. Elle a permis de rappeler ce qui a été obtenu. Outre l’allègement du service à bord des avions pour compenser la baisse des effectifs, l’intégration progressive de 35 salariés en CDD depuis plusieurs années se fera. 10 d’entre eux seront embauchés immédiatement, puis une seconde vague d’un nombre maximal de 5 quand sera connu l’effectif cible à la fin du mois. Enfin, une intégration progressive des 20 autres personnes en CDI à temps partiel, parallèlement à celle de jeunes en contrat de professionnalisation.

Un point dur reste la situation des travailleurs de Saint-Pierre. 13 PNC y sont basés, et cette affectation a entraîné pour eux une forte baisse de salaire. Certains doivent composer avec des revenus mensuels compris entre 800 et 1100 euros. Cette chute est due à une activité composée uniquement de moyen-courrier. Ces vols sont très courts, alors qu’une part importante du salaire d’un PNC est lié au nombre d’heures de vol. Pour ce point, l’objectif est d’avancer les négociations qui doivent être faites avec la direction pour arriver à compenser cette perte de rémunération. Sur cette base, les grévistes de Saint-Pierre sont prêts à voter sur le projet de protocole d’accord… qui s’est fait attendre toute la journée d’hier.

« Rien n’est exclu »

Parmi les principaux griefs des grévistes, le document annexé qui n’est pas conforme au résultat des discussions. Il s’agit du manuel commercial de bord qui décrit précisément le travail des personnels navigants commerciaux. Dans le protocole envoyé par la direction, c’était quasiment le même que celui en vigueur.

Rappelons que la direction d’Air Austral refuse de revenir sur sa décision de diminuer le nombre des hôtesses et stewards en cabine. Les PNC ne veulent pas assurer à 11 ou 12 personnes le travail de 14. Un accord s’est donc dessiné sur l’allègement du service rendu à bord. Ce sont ces mesures qui doivent être inscrites dans le manuel commercial de bord, ce qui impose une réécriture de ce document.

Lassés de ces manœuvres, les salariés ont décidé hier de quitter le piquet de grève aux alentours de 17 heures. « On attendait quelque chose de bien établi. On va rentrer chez nous en attendant de recevoir un protocole de fin de conflit », indique Marie-Noëlle Wolff, déléguée syndicale UNSA. Et pour faire prendre conscience à la direction qu’il faut qu’elle cesse ses manœuvres, « rien n’est exclu ». L’idée d’un rassemblement aujourd’hui devant la préfecture est évoqué. Air Austral entre donc dans sa 10e journée de grève. Pendant ce temps, la direction continue de recourir à la compagnie Wamos pour assurer des vols vers la France.

M.M.