Transports aériens

La fin d’Air Austral, compagnie réunionnaise

Après le coup de force de Didier Robert

Manuel Marchal / 16 janvier 2012

La presse ne s’y trompe pas, elle décrit une prise en main de la conférence de presse d’Air Austral de vendredi par le service com’ de la Région, ce qui explique pourquoi “Témoignages” n’y a pas été convié. La démolition d’Air Austral a déjà commencé.

Vendredi, Didier Robert s’est octroyé le titre de président du Conseil de surveillance d’Air Austral. Dans la foulée du coup de force, une conférence de presse s’est tenue au siège d’Air Austral. Pour la première fois depuis qu’Air Austral existe, "Témoignages" n’a pas été invité. La raison est très simple, c’est le service com’ de Didier Robert qui a tout organisé. Ce sont les petites mains du président de la Région qui ont en effet donné aux journalistes présents la liste du nouveau Conseil de surveillance. Le fait est tellement incroyable qu’il a été relaté par nos confrères.
Car la Région Réunion n’est qu’un actionnaire parmi d’autres d’Air Austral, et la compagnie Air Austral a un service communication composé de professionnels qui a toujours agi avec compétence sous la responsabilité de la Direction opérationnelle de la compagnie réunionnaise. Si Didier Robert voulait montrer que la politique politicienne avait pris le pouvoir à Air Austral, il n’aurait pas fait mieux. Le reste coule de source.
Chacun sait en effet que Didier Robert est contre la liberté de la presse, car il refuse que "Témoignages" soit présent aux conférences de presse de la Région (voir “Témoignages” du 14 novembre 2011). Il n’est donc pas étonnant que "Témoignages" soit exclu d’une rencontre avec les journalistes organisée dans une société dont il dirige le Conseil de surveillance.
La démolition a déjà commencé.
Le président de Région n’a pas fait mystère de ses intentions. Elles vont totalement à l’opposé de celles qui ont fait d’Air Austral une compagnie aérienne dans le top 10 mondial, avec plus de 900 salariés. Dans le journal de Réunion Première, il a clairement évoqué un rapprochement avec Air France, une compagnie au bord de l’explosion sociale qui délocalise une grande partie de sa maintenance au Maroc, affirme son syndicat CGT. Air Austral a en effet déjà développé des partenariats, avec d’autres compagnies aériennes, notamment Lufthansa. Quant au projet d’Air Austral de faire baisser le prix du billet sans recourir aux subventions, il n’arrange pas les intérêts de Didier Robert qui mise sur le clientélisme pour garder son pouvoir.
La fin d’Air Austral, compagnie réunionnaise, se précise.

M.M.



Didier Robert connaît-il le fonctionnement d’Air Austral ?

Cet extrait de la conférence de presse relaté par Imaz Press Réunion montre que Didier Robert ne connaît pas les règles qui ont toujours présidé à Air Austral.

À la question de savoir qui du Conseil de surveillance ou du directoire dirigera réellement la compagnie, Didier Robert répond : « le Conseil de surveillance définira les grands axes et établira une feuille de route, mais tout cela se fera en concertation avec le directoire ».

Gérard Ethève demande à prendre la parole et précise : « la règle veut que le directoire qui connaît le métier propose une ligne de conduite au Conseil de surveillance qui l’accepte ou non. Cela s’est toujours fait comme ça ».


Kanalreunion.com