Transports aériens

La responsabilité des opposants au projet de l’A380 à 800 passagers est totalement engagée

Après la perte de plus de 50.000 touristes en 2 ans

Manuel Marchal / 24 avril 2014

À en croire l’Ile de La Réunion Tourisme (IRT), c’est le prix du billet d’avion qui est la principale cause de la faillite de la politique touristique de la Région. Cela veut donc dire que les responsables de l’opposition au projet d’Airbus A380 à 800 passagers sont les principaux accusés de ses pertes. Car le projet porté par les anciens dirigeants d’Air Austral permettait justement de faire baisser de 30% le prix du billet d’avion.

JPEG - 36.6 ko
Le projet d’Air Austral aurait permis de faire baisser les prix de 30%. Mais qu’attendent donc l’IRT et la Région pour le relancer afin de faire disparaître le principal obstacle au succès de leur politique touristique ?

Dans le cadre actuel, il est une certitude, le prix du billet d’avion est voué à augmenter. Tant que les avions fonctionneront avec un carburant dérivé du pétrole, le prix évoluera en fonction des fluctuations du cours de la matière première tant qu’aucun autre substitut ne pourra être opérationnel à une aussi grande échelle. Or, il est de plus en plus difficile de maintenir le rythme de production, et avec l’expansion des pays émergents et la diffusion du modèle de consommation occidental dans le monde, la demande explose. Cela tire les prix vers le haut. La situation politique dans le Moyen-Orient et en Europe de l’Est est également un facteur à ne pas négliger. Le temps du pétrole bon marché est derrière nous. Cela se répercute sur le prix des billets d’avion.

30% moins cher avec l’A380

Notre île est au Sud Ouest de l’océan Indien. Actuellement, les touristes viennent principalement d’Europe. C’est précisément sur les vols à longue distance que l’impact du prix du carburant se fait le plus ressentir.

Pour pallier à ce surcoût, le gouvernement Chirac avait lancé une dotation de continuité territoriale. Financée par une taxe sur les passagers des aéroports de la République situés hors de France, c’était une aide au voyage attribuée aux Régions qui avaient la responsabilité de la gérer. Jusqu’en 2010, cette aide correspondait à des critères sociaux à La Réunion. Mais s’est posé la question de la pérennité et de l’extension à tout le monde de cette aide.

La solution proposée par Air Austral était un partenariat avec Airbus. L’objectif était la mise en service à l’horizon 2013-2014 de deux Airbus A380 capables de transporter plus de 800 passagers dans une classe unique.

L’IRT accuse-t-elle Didier Robert ?

En 2010, Didier Robert arrive à la tête de la Région. Quelques mois plus tard, il s’octroie la présidence d’Air Austral et décide de remettre en cause le projet. La nouvelle direction qu’il choisit est du même avis.

Didier Robert préfère en effet distribuer des bons de réduction aux passagers. Cette mesure électoraliste ne favorise pas la baisse des prix, car les compagnies aériennes savent qu’elles peuvent compter sur la rente de la subvention de la Région. Didier Robert n’a donc aucun intérêt à ce qu’Air Austral dispose d’un avion capable de faire baisser les prix de 30% toute l’année pour tout le monde. Au contraire, c’est un obstacle à sa politique.

Force est de constater que le projet d’Air Austral ne plaisait pas non plus à Air France. Car la compagnie française aurait été obligée de baisser ses prix de 30% pour s’aligner sur Air Austral, et cela sans subvention.

L’A380 aurait donc permis aux Réunionnais d’être les maîtres du choix des liaisons aériennes desservant La Réunion. Grâce à cet avion, ils auraient pu disposer d’un outil capable de faire de La Réunion une destination compétitive par rapport à ses concurrents.

Alors, quand l’IRT fustige le prix trop élevé du billet d’avion, elle doit aller jusqu’au bout de sa logique et demander des comptes à ceux qui s’opposent au projet d’A380 à 800 passagers.

En conclusion, il est à noter que le projet d’Air Austral est tellement novateur qu’il doit être repris en partie par une compagnie russe. Elle mise sur un Airbus A380 densifié pour faire baisser les prix. Sa destination : Maurice, et pas La Réunion bien sûr…

 Manuel Marchal 



Un message, un commentaire ?



Messages






  • L’A380 n’est pas l’unique solution de l’équation.
    1/ Si vous mettez un A380 sur La Réunion, vous devez déjà le remplir, 800 PAX. En haute saison, cela peut être possible, sinon s’il n’est pas assez rempli, ce n’est pas rentable.
    2/ Si vous mettez un A380 sur la Réunion (il y a un forte concurrence sur cette route avec 3 compagnies), cela va cannibaliser ce marché sachant qu’il n’est pas en croissance (-7% d’arrivée de touristes en 2013). Il y a un risque de dégât.
    3/ Si vous voulez faire baisser le prix du billet, il y a entre 30 à 50% de taxes sur le prix d’un billet. Il y a de la marge sur ce point. Faire venir plus de touristes à la réunion en s’ouvrant en Asie, au Moyen orient serait bénéfique pour tous.

    Article
    Un message, un commentaire ?


Kanalreunion.com