Transports aériens

« Les pilotes de Air France valident la suppression de 5.000 postes »

Crise du transport aérien

Témoignages.re / 20 août 2012

Un article de "l’Humanité" rappelle qu’il est bien difficile de rester solidaire au sein d’une même entreprise. À Air France, les pilotes ont obtenu de la direction des propositions de primes importantes dans le cadre du plan de licenciement de la compagnie, le syndicat majoritaire de cette catégorie de salariés a donc donné son accord à la suppression de 5.000 postes visant d’autres fonctions.

es pilotes d’Air France ont finalement accepté le projet Transform 15, qui vise à gagner en "productivité", autrement dit ce plan prévoit la suppression de milliers de postes. Mais les pilotes devraient eux bénéficier de bonus conséquents.

Le SNPL, syndicat majoritaire chez les pilotes de ligne, a décidé de signer le projet d’accord proposé par la direction après avoir consulté ses adhérents par referendum. Les pilotes ont approuvé l’accord à hauteur de 67% (avec un taux de participation de 83%), indique jeudi le SNPL dans un communiqué. Le SNPL, représentant 70% des voix aux élections professionnelles, sa seule signature suffit donc pour faire adopter l’accord d’entreprise.

20% de travail à faire en plus

Le deuxième syndicat, le SPAF (environ 20%) avait fait grève cinq jours durant en juillet pour dénoncer les nouvelles conditions de travail et de rémunération prévues dans le plan de redressement.

La direction d’Air France s’est félicitée de ce vote, dont le "résultat sans ambiguïté témoigne de l’esprit de responsabilité des pilotes de la compagnie et de leurs représentants", selon le PDG Alexandre de Juniac. Le projet Transform 15 doit permettre un gain de productivité de 20% selon la direction. La recette du succès n’est pas nouvelle puisque le projet, pour atteindre ses objectifs, prévoit de supprimer 5.122 postes d’ici fin 2013, dont 1.712 via des départs naturels (retraites, etc.).

« 10.000 emplois au sol supprimés depuis 2007 »

« Il n’y a pas de plan B , s’ils devaient voter contre, nous appliquerions un texte de façon unilatérale comme le droit nous y autorise » . Alexandre de Juniac, PDG d’Air France avait annoncé la couleur après le rejet de l’accord par les personnels naviguant commerciaux (PNC). Déjà visée par le précédent plan de départs volontaires de 2009, qui avait débarqué 1 900 salariés, cette catégorie de personnel se verrait donc de nouveau proposer 2 .717 départs volontaires d’ici à fin 2013. "Cela ferait l’équivalent de 10 000 emplois au sol supprimés depuis 2007", notait Mehdi Kemoune, secrétaire général adjoint à la CGT Air France, en juillet. Les économies vont donc principalement se concentrer sur les PNC car la direction, ne semble pas vouloir loger les pilotes à la même enseigne que les autres personnels.

Des primes allant jusqu’à 60.000 euros

Selon des sources internes à la compagnie, la direction a prévu pour inciter les pilotes de ligne à voler pour Transavia (compagnie lowcost de Air France-KLM) des maxi-bonus allant de 60.000 euros pour un commandant à 30.000 euros pour un copilote. "Ces sommes sont scandaleuses [...]Je trouve ça d’autant plus choquant que des tas de personnels doivent se serrer la ceinture", jugeait un commandant de bord d’Air France, sous couvert d’anonymat, à l’AFP.


Kanalreunion.com