Economie

600 planteurs de canne de l’Ouest inquiets

Chambre verte

Témoignages.re / 14 octobre 2010

Mardi matin, chez Jean-Max Zitte, un planteur de canne de l’antenne 4 (balance des Tamarins) et en présence de 40 planteurs de cette zone, Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre d’agriculture s’est dit inquiet des importants dysfonctionnements de l’usine du Gol et des répercussions négatives pour les planteurs de l’Ouest.

Depuis le début de la campagne sucrière au mois de juillet, les planteurs de l’Ouest ont dû faire face à 12 jours d’arrêt de réception par la faute des usiniers. Entre les grèves, les pannes d’usine et les pannes de balances, on estime qu’aujourd’hui la campagne sucrière sur le bassin de Savanna est en retard de 68.000 tonnes de cannes.

Quand on sait que les prévisions de campagne tablent sur 10% d’augmentation du tonnage dans cette région (200.000 tonnes en 2009, 220.000 tonnes en 2010), les planteurs s’inquiètent .

Après 12 semaines de campagne, 125.000 tonnes ont été récoltées dans l’Ouest soit 57%, comment va-t-on faire pour livrer les 47% restants en 8 semaines ?

La coupe se terminera-t-elle dans les délais prévus ?

Les 600 planteurs de la région Ouest sont donc inquiets pour finir la coupe dans les délais prévus ce qui impacterait fortement le revenu des planteurs. D’autant plus que la richesse anormalement basse jusqu’en septembre s’est améliorée actuellement (14,52 contre 12,36).

Cette situation est d’autant plus ubuesque que les usiniers au lieu de jouer la souplesse continuent à freiner la livraison de canne. Nous avons l’exemple de planteurs dont le chargement dépassait d’une tonne son quota de livraison et qui a dû décharger par ses propres moyens. Est-ce que les responsables d’usine ont déjà assisté à un chargement de canne pour pouvoir évaluer précisément le poids d’une remorque ?

Malgré les remontées des responsables-planteurs de la zone, les responsables de l’usine du Gol font la sourde oreille contrairement à leur collègue de Bois-Rouge qui ont mis en place des quotas d’apports qui correspondent aux besoins des planteurs grâce à une communication constante planteur-usinier. Dans l’Ouest, nous avons l’impression qu’on à une autre méthode de gestion des plates-formes qui ne va pas dans le bon sens.

Plus de communication entre les usiniers et les planteurs

Lorsqu’il y a une grève, l’usine du Gol refuse les cannes pendant 2 jours alors que l’usine de Bois-Rouge fonctionne correctement. Les planteurs s’interrogent sur le mode de fonctionnement de l’usine du Gol en cette période où le taux de richesse s’est nettement amélioré dans la région Ouest. Un seul exemple, on est passée d’une richesse de 13,6 en début de campagne à 16,25 à la plate-forme de Stella. Si les usiniers veulent produire du sucre, c’est en ce moment qu’il faut réceptionner du sucre pas en fin de campagne en saison des pluies.

Par ailleurs, les planteurs sont fatigués de recevoir des SMS pour exiger une diminution de chargement ou des textos qui les informent la veille pour le lendemain que tel ou tel centre de réception ne fonctionne pas. Il n’y a plus de communication entre les usiniers et les planteurs dans l’Ouest.

Face à cette situation, les planteurs demandent :
• une révision des quotas d’apport de 20% sur les centres de réception de l’Ouest pour passer d’une capacité de 9.600 tonnes à 11.500 tonnes sur les plates-formes de Stella, Grand-Pourpier et Savanna,
• une plus grande souplesse sur les écarts de tonnage des remorques de canne,
• un meilleur aménagement de certaines plates-formes en particulier celui de Stella où les délais d’attente sont supérieurs à 1h. Lorsqu’un planteur du Plate va livrer ces cannes, c’est sa demi-journée qui est bloquée.

Les usiniers doivent comprendre que les planteurs travaillent 6 mois pour vivre toute une année, il faut donc mettre les moyens nécessaires pour que les cannes soient réceptionnées dans de bonnes conditions.

Un courrier a été transmis aux responsables de l’usine du Gol.


Kanalreunion.com