Economie

Allons vers le carburant détaxé pour tous

Après la réunion des transporteurs avec la Région et l’État

Manuel Marchal / 7 avril 2011

La revendication des transporteurs qui ont manifesté mardi est un gazole détaxé. Puisque la Région a décidé de supprimer le tram-train et d’obliger les Réunionnais à utiliser l’automobile pour se déplacer, le carburant détaxé doit donc s’appliquer pour tous, car tout le monde utilise un véhicule comme outil de travail.

Depuis son arrivée à la Région, Didier Robert a multiplié les décisions visant à stopper la marche vers l’autonomie énergétique tant redoutée par les vendeurs de pétrole. La conséquence de ce coup d’arrêt, c’est de maintenir les Réunionnais sous la dépendance de monopoles qui fixent leurs prix, et qui s’enrichissent donc sur des Réunionnais qui n’ont d’autre moyen que d’acheter de l’essence pour se déplacer.
En effet, le tram-train était un outil essentiel pour atteindre cette autonomie énergétique. Il pouvait permettre à des dizaines de milliers d’automobilistes chaque jour de délaisser la voiture et d’utiliser les transports collectifs pour aller au travail ou chercher un emploi.
En cassant le tram-train, Didier Robert oblige donc les Réunionnais à rester prisonniers du tout-automobile. Conséquence : le pouvoir d’achat diminue car la voiture est une dépense incompressible, au même titre que le logement ou la nourriture.
C’est dans ce contexte qu’intervient la revendication des transporteurs : pour un gazole détaxé. Ces derniers affirment que la hausse des prix des carburants augmente leurs charges. Comme ils considèrent que leurs camions sont leurs outils de travail, ils demandent que le carburant utilisé soit détaxé.
Sur cette base, cela signifie que tous les automobilistes réunionnais doivent pouvoir utiliser du carburant détaxé. En effet, comme la Région a décidé de casser toute alternative au tout-automobile, la voiture est un outil de travail indispensable. Mais à la différence des transporteurs, les travailleurs ne peuvent pas répercuter la hausse des prix des carburants sur des clients. Chaque augmentation des prix à la pompe n’est pas suivie d’une augmentation des salaires pour compenser la perte de pouvoir d’achat. Les transporteurs disposent eux de cette marge de manœuvre : ils peuvent augmenter le prix du service qu’ils vendent si le prix du carburant augmente.
Par conséquent, ce sont avant tout les travailleurs en activité ou à la recherche d’un emploi qui doivent être les premiers bénéficiaires du carburant détaxé.

Manuel Marchal


Kanalreunion.com