Economie

Aujourd’hui, les règles du commerce changent pour La Réunion

Aujourd’hui à Maurice : signature de l’Accord de partenariat économique intermédiaire

Sanjiv Dinama / 29 août 2009

Le bloc Eastern-Southern Africa (ESA ou AfOA) qui regroupe six pays (Madagascar, Maurice, les Seychelles, les Comores, la Zambie et le Zimbabwe) va signer aujourd’hui un Accord de partenariat économique (APE) intermédiaire avec l’Union Européenne (UE) au Centre de Conférences de Grand-Baie, dans le Nord de Maurice (voir "Témoignages" du 21 aout 2009). Aujourd’hui, dans le cadre des négociations des Accords de partenariat économiques, l’Union européenne a proposé un accès en franchise de droits et sans contingent pour tous les produits des pays ACP. Cela signifie également une entrée sans droit de douane des produits des pays ACP sur le territoire de La Réunion.

Le bloc Eastern-Southern Africa (ESA) qui regroupe six pays (Madagascar, Maurice, les Seychelles, les Comores, la Zambie et le Zimbabwe) va signer un Accord de partenariat économique (APE) intermédiaire avec l’Union européenne (UE) le 29 août au Centre de Conférences de Grand-Baie, dans le nord de Maurice (voir "Témoignages" du 21 aout 2009).

Un officiel du ministère mauricien des Affaires étrangères a indiqué que la Baronne Catherine Ashton, Commissaire européenne au Commerce, sera présente à cette occasion.
Aujourd’hui, dans le cadre des négociations des Accords de partenariat économiques, l’Union européenne a proposé un accès en franchise de droits et sans contingent pour tous les produits des pays ACP. Cela signifie une entrée sans droit de douane des produits des pays ACP sur le territoire de La Réunion. Comment nos producteurs locaux pourront-ils faire face à la concurrence des produits en provenance de ces pays où les coûts de production sont nettement plus bas que sur notre île ? Plusieurs secteurs sont déjà actuellement en difficulté liés à la concurrence des pays voisins. Les exemples des bouteilles de Coca Cola de Maurice, de la farine ou le l’imprimerie nous le démontrent.
Relancer un dialogue constructif et équilibré
Il faut aujourd’hui aller vers une ouverture et un co-développement avec les pays voisins (gagnant-gagnant). Pour cela il faut relancer un dialogue constructif et équilibré à partir des matrices de développement des accords intérimaires, des priorités définies dans le cadre de la COI. La Réunion doit intégrer pleinement sa vocation à être porteuse dans la zone d’une politique de co-développement durable en tant que Région ultrapériphérique (RUP). Nous pouvons jouer notre rôle de frontière active de l’Europe sur l’axe d’échange Afrique Australe/Asie.
Rappelons que l’Afrique connaît une remarquable croissance de ses échanges avec des pays comme la Chine, le Brésil et l’Inde et d’autres “économies émergentes” ainsi qu’un essor des investissements de ces derniers sur le continent. Les échanges avec la Chine ont doublé au cours des trois dernières années pour atteindre 106,7 milliards de dollars l’an dernier. Or la part de l’Union européenne s’affaiblit rapidement. Cette brusque évolution défavorable aux intérêts européens est sans doute une des raisons pour lesquelles l’Union européenne s’empresse de faire signer au pays africains les APE. C’est une manière de continuer à exister sur ces territoires aux potentiels importants.

Sanjiv Dinama 


Des accords paraphés aux accords signés

Deux accords intermédiaires ont été paraphés dans la région de l’Afrique orientale et australe : un accord cadre AfOA (ESA) UE (comprenant des offres de tarifs douaniers nationales et des listes d’exclusion distinctes mais un texte commun pour les autres domaines) et un accord cadre CAE UE (avec une offre d’accès au marché commun). Ces accords intermédiaires vont mener à deux APE.
Les pays de la région n’ayant pas paraphé d’accord intermédiaire exportent depuis le 1er janvier sous le régime de l’initiative TSA (Tout sauf les armes), qui leur est accordé grâce à leur statut de PMA. Ces pays sont les suivants : Djibouti, l’Érythrée, l’Éthiopie, le Malawi et le Soudan. La Zambie avait paraphé un l’accord intérimaire AfOA-UE sans avoir soumis de calendrier d’accès au marché, ce qu’elle a fait le 30 septembre 2008. Par conséquent, la Zambie exportait temporairement sous le régime de l’initiative TSA depuis le 1er janvier 2008 mais fait à présent partie, depuis décembre 2009, du régime d’accès au marche de l’APE).


Kanalreunion.com