Economie

« Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons assumer nos responsabilités vis-à-vis des plus vulnérables »

G20

Sanjiv Dinama / 24 juin 2010

Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a appelé les dirigeants du G20 à concentrer leur effort lors du prochain Sommet sur le développement et la croissance verte afin de promouvoir le redressement économique global. Il a exhorté les dirigeants des 20 pays les plus industrialisés (G20) à investir davantage dans des politiques de lutte contre la pauvreté. Créer plus d’emplois et réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relèvent de la « responsabilité ». « Dans l’économie mondialisée, se montrer responsable vis-à-vis du reste du monde, c’est aussi faire un bon calcul chez-soi », précise Ban Ki Moon.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a exhorté les dirigeants des 20 pays les plus industrialisés (G20), qui se réunissent les 26 et 27 juin prochains à Toronto, à investir davantage dans des politiques de lutte contre la pauvreté.
Créer plus d’emplois et réaliser les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) relèvent de la « responsabilité » des dirigeants des 20 pays les plus industrialisés qui se réunissent la semaine prochaine à Toronto, au Canada, estime le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon.

Assumer nos responsabilités vis-à-vis des plus vulnérables

« Aujourd’hui, plus que jamais, nous devons assumer nos responsabilités vis-à-vis des plus vulnérables. L’argument moral est clair », écrit le secrétaire général de l’ONU.
Le taux de chômage élevé, l’augmentation des prix des denrées alimentaires et des produits de base, et l’inégalité persistante ont contribué à la hausse substantielle de la famine, de la pauvreté et de la tension sociale associée.
« Actuellement, plus que jamais, les investissements pour les plus pauvres du monde sont nécessaires afin de récupérer le terrain perdu dans la poursuite des objectifs de développement, dont les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) », a-t-il souligné.
L’ONU dénombre 34 millions de chômeurs et 215 millions de travailleurs pauvres. Pour la première fois, la faim touche plus d’un milliard de personnes dans le monde.
Le secrétaire général estime que les États connaissent les mesures à prendre : « investir dans le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ; assurer la sécurité alimentaire et aider les petits agriculteurs à produire plus et à vendre plus facilement en soutenant les plans nationaux, comme la promesse en a été faite l’an dernier ; veiller à ce que tous les enfants aillent à l’école primaire ».
Le secrétaire général des Nations Unies a aussi appelé les dirigeants du G20 à « mettre un terme à la réalité honteuse de la mortalité maternelle et de l’enfant » dans le monde.

Lutte contre la pauvreté, création d’emplois et croissance verte

Le secrétaire général des Nations Unis a mis l’accent sur la lutte contre la pauvreté, la création d’emploi et la croissance verte qui respecte l’environnement.
À La Réunion, rappelons que notre île compte aujourd’hui près de 135.000 demandeurs d’emploi. La nouvelle mandature à la Région en mettant fin aux grands projets structurants comme le tram train supprime des milliers d’emploi au moment où l’on a le plus besoin. Comme le précise le secrétaire général des Nations Unies « en période d’austérité, nous devons utiliser à bon escient les ressources limitées dont nous disposons. Responsabilité n’est pas synonyme de charité. La responsabilité est un des piliers d’un programme de reprise mondiale coordonné », insiste Ban Ki-moon. « Dans l’économie mondialisée, se montrer responsable vis-à-vis du reste du monde, c’est aussi faire un bon calcul chez-soi ». Et ce n’est malheureusement pas ce que l’un observe aujourd’hui à la Région.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com