Economie

Bilan catastrophique dans le Nord et l’Est

Filière canne : la campagne 2013 s’achève

Témoignages.re / 10 décembre 2013

Quelques jours après celle du Gol, l’usine de Bois Rouge a fermé hier ses portes. Elle traite les cannes livrées de Savanna à Sainte-Rose, et accuse un déficit de 80.000 tonnes par rapport à l’an dernier.

JPEG - 51.2 ko

860.000 tonnes au lieu de 944.000 l’an dernier : la sécheresse a eu des effets catastrophiques dans la région de l’île traditionnellement la plus humide. C’est une baisse de plus de 80.000 tonnes. Voilà le premier bilan annoncé hier à la fermeture de l’usine de Bois-Rouge, la dernière en activité cette année.

Jeudi, l’usine du Gol avait réceptionné ses dernières cannes avec une semaine d’avance. Elle clôturait sur 850.000 tonnes au lieu de 900.000 l’an passé.

Il manque donc 130.000 tonnes pour égaler la récolte de l’an dernier, et on s’éloigne encore des 2 millions de tonnes qui étaient habituellement récoltées quand La Réunion comptait bien plus que 2 usines.

Ce résultat, c’est principalement la conséquence de la sécheresse la plus grave depuis 50 ans. Avec le changement climatique, cette situation va-t-elle perdurer ? Les planteurs fondent donc des espoirs dans l’utilisation de nouvelles variétés pouvant mieux résister au manque d’eau.

Mais avant de planter, une interrogation essentielle demeure : quel sera le prix de la canne ? La convention canne négociée en fonction du règlement sucrier arrive en fin de vie. Et à partir de 2017, ce sera la fin du quota, et donc du prix garanti pour les producteurs de sucre.

Téréos veut saisir ce prétexte pour demander à l’État et à l’Europe de verser encore des subventions pour maintenir le prix de la canne. Cela pose à nouveau la question de la transparence sur les recettes de la canne à sucre, et sur la manière dont les profits se répartissent entre une entreprise propriétaire de deux usines et plus de 3.000 livreurs de cannes.


Kanalreunion.com