Economie

Brésil, Russie, Inde et Chine renouvellent l’appel à une nouvelle gouvernance mondiale

À l’ordre du jour de la prochaine conférence de pays émergents

Sanjiv Dinama / 9 avril 2010

La Chine souhaite que le prochain Sommet du BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) qui se tiendra le 15 et 16 avril à Brasilia, fasse progresser la réforme financière internationale comme convenu lors du dernier Sommet du G20. Rappelons que les pays du BRIC ont lancé des appels pour une plus grande représentativité des économies émergentes et en voie de développement dans les institutions financières internationales comme la FMI (Fonds Monétaire International) ou la Banque Mondiale. Les dirigeants de ces quatre pays émergents réclament notamment une réorganisation du système financier international et la fin à la suprématie du dollar comme monnaie de réserve.

La Chine espère que le Sommet permettra d’augmenter les droits de représentation et de vote des économies émergentes au sein des organisations financières internationales, en accord avec l’objectif établi lors du dernier Sommet du G20, a déclaré Cui Tiankai, vice-ministre chinois des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse.

Sur l’invitation du président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, le président chinois Hu Jintao participera à la deuxième conférence des dirigeants du BRIC du 15 au 16 avril.

Durant le Sommet, les dirigeants des quatre pays discuteront de l’économie mondiale, du G20, de la réforme des organisations financières mondiales, du changement climatique, et des dialogues et de la coopération au sein du BRIC, a indiqué Cui Tiankai.
« Nous souhaitons que le Sommet du BRIC permette d’élargir le consensus stratégique, de renforcer la confiance mutuelle, de coordonner les efforts face aux défis mondiaux et de favoriser la reprise de l’économie mondiale ».
« Les échanges entre nos quatre pays concernant les principaux défis mondiaux augmenteront l’influence des pays émergents et en voie de développement dans la communauté internationale et feront progresser le développement du multilatéralisme »,
a-t-il ajouté.

Les pays du BRIC apportent une contribution importante au redressement de l’économie mondiale. La coopération entre les pays BRIC est un nouveau type de coordination entre les pays avec des modèles de développement social et économique différents.

Abandonner les dogmes obsolètes

Le président brésilien va dans le même sens que la Chine et a appelé les institutions internationales à abandonner « leurs dogmes obsolètes et les conditions adverses » pour assurer une « gouvernance mondiale démocratique et équilibrée » à même d’amorcer un redressement économique des pays en voie de développement.
« Nous appelons à des réformes radicales pour permettre aux pays en développement de définir par eux-mêmes leur avenir », a déclaré le président Lula.
Le Brésil a prêté de l’argent au FMI en espérant que ce dernier change d’attitude à l’égard des pays émergents. « Le Brésil n’est pas devenu un créancier de ces institutions pour que les choses restent inchangées », a affirmé le président Lula.
L’évocation des problèmes de la réforme des institutions internationales par les économies émergeantes, qui ont un développement plus rapide que d’importants pays développés, revêt une grande importance aujourd’hui, au moment où le monde ressent les conséquences négatives de la crise financière.

Le Brésil prête au FMI

Selon le porte-parole du Ministère chinois des Affaires étrangères, Pékin attache une grande importance au prochain Sommet et espère qu’il permettra de tenir des consultations sur des problèmes économiques clés, ce qui contribuera au renforcement de la coopération quadripartite au sein du groupe BRIC sur les principes de l’avantage mutuel, ainsi qu’au redressement de toute l’économie mondiale.

Selon la Chine, l’échange de points de vue entre les pays du groupe BRIC sur les questions majeures de l’économie et du développement dans le monde ne manquera pas de contribuer au renforcement de l’influence des pays émergents sur la scène internationale.
L’appel aux réformes des institutions financières internationales sera également un message que feront passer les pays en voie de développement lors de la réunion du G20, qui se tiendra à la fin de ce mois à Washington.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com