Economie

Coût de production d’un logement : foncier 24 %, construction 63 % et honoraires 12 %

Etude présentée à l’Observatoire des prix, marges et revenus

Témoignages.re / 2 octobre 2015

L’Observatoire des prix, des marges et des revenus a publié ce 2 octobre un communiqué à la suite de la présentation d’une étude sur la formation des prix des matériaux de construction. Voici le communiqué de l’OMPR.

JPEG - 57.7 ko

Lors de la dernière assemblée plénière du 2 octobre 2015, Le cabinet d’étude Elan OI a présenté les résultats de son enquête réalisée pour le compte de l’OPMR relative à la formation des prix des matériaux de construction.
Inscrite dans les actions sur la maîtrise des coûts de la déclinaison du plan logement Outre-mer de La Réunion, cette étude comprend une analyse approfondie du contexte socio-économique du marché du logement et de la construction réalisée à partir données existantes.
Une attention particulière est accordée à la répartition du coût de revient des opérations entre le foncier (qui représente environ 24 % de celui-ci), la construction (63 %) et les honoraires (12%). D’après cette étude, la part des matériaux est actuellement évaluée à 20 % du coût de la construction. Aussi, dans l’hypothèse souvent évoquée où le surcoût des matériaux à La Réunion est supérieur à 35 % par rapport à la métropole, l’enjeu de la maîtrise des coûts des matériaux peut paraître assez secondaire. Cependant, observent les auteurs de ce rapport, au regard de la très grande fragilité économique des entreprises du bâtiment à La Réunion, une meilleure maîtrise des coûts des matériaux de construction peut en réalité s’avérer déterminante pour la survie de nombre d’entre elles (en particulier les TPE/PME) et pour la santé de tout un secteur qui ne pourrait pas fonctionner correctement sans elles.

Produits venus d’Europe

Cette étude comprend également analyse détaillée des menaces et opportunités à chaque étape de la chaîne de valeur (achat aux fournisseurs, taxes, transport et logistique, transformation et/ou stockage, distribution, livraison et prix de vente). A chaque étape, les principaux leviers d’intervention susceptibles d’influer sur les prix des logements ont été identifiés.
La sélection des matériaux à fort enjeux retenus dans le cadre de cette étude a été effectuée en analysant les importations à partir du fichier du service des Douanes. Un travail extrêmement minutieux a ainsi permis de dégager progressivement, en plusieurs étapes, 12 produits et matériaux dans l’ensemble des corps de métiers du bâtiment représentant 75 % de la valeur totale importée : profilés acier, ciment, climatisation, carreaux céramiques, câbles et fils conducteurs électriques, appareillage coupure/sécurité, charpente bois, robinetterie sanitaire, contreplaqué bois, enduit, peinture, plaques de plâtre. L’analyse de la provenance de ces produits a permis de montrer qu’ils étaient en très grande majorité importés d’Europe, à l’exception du ciment, l’impact de la certification EU obligeant à passer par le vieux continent.
L’analyse de la chaîne de valeur pour chacun de ces 12 produits a été effectuée en recoupant le relevé des prix de vente chez les distributeurs locaux avec celui des prix d’importation issus de la base des Douanes et en décomposant les coûts aux différentes étapes entre les deux bouts de cette chaîne de valeur. Une analyse approfondie de la structure des coûts a ainsi permis d’aboutir à l’élaboration d’une fiche produit détaillée pour chacun d’eux et d’un document de synthèse regroupant l’ensemble des données en un seul tableau.

Marges : 20 à 65 %

Sans entrer dans les détails, il ressort de cette analyse que les marges fluctuent considérablement d’un produit à l’autre, oscillant entre 20 et 65 %. Il en va de même au sujet de l’écart de prix entre La Réunion et la métropole avec une moyenne évaluée aux alentours de 39 % (nul pour l’un des 12 produits sélectionnés et de 250 % pour un autre dans notre département), soit comparable à celle évoquée plus haut.
L’absence de données disponibles sur les coûts de distribution et la comptabilité des négociants est une limite de cette enquête. L’incapacité des maîtres d’ouvrage contactés dans le cadre de cette étude à fournir un détail de prix suffisant pour permettre de faire le lien entre le coût des matériaux et celui de leur incorporation dans la construction de logements en est une autre. L’accès à ces données devrait permettre de disposer d’une meilleure vision pour la passation des marchés publics. Comme préconisé dans la dernière partie de cette étude, ce constat ne peut qu’inciter à mettre en place un observatoire des prix réellement capable de suivre le détail des coûts des matériaux du BTP et son évolution afin de mettre fin à une méconnaissance actuelle extrêmement préjudiciable dans un secteur en crise.
A noter également parmi les autres actions proposées par les auteurs de ce rapport : la création d’une centrale d’achat entre bailleurs sociaux qui pourrait permettre de réduire significativement le coût des matériaux dans le logement social, ou encore la mise en place d’une antenne de certification à La Réunion offrant ainsi la possibilité d’importer les matériaux directement et à moindre coût des pays producteurs.


Kanalreunion.com