Economie

Crise, pessimisme et incertitudes

L’activité économique à La Réunion

Témoignages.re / 6 octobre 2010

L’IEDOM dresse un tableau toujours très inquiétant de l’activité économique à La Réunion. Seule l’agriculture échappe pour le moment à l’aggravation de la crise. Dans le secteur du tourisme, les hôtels connaissent une chute de la rentabilité de leurs chambres, et le BTP continue de voir ses effectifs diminuer. Sans perspective de relance de l’activité, les prévisions des chefs d’entreprise sont pessimistes, note l’IEDOM. Crise, pessimisme et incertitude, telle est donc la situation six mois après l’arrivée de Didier Robert à la tête de la Région.

Plusieurs secteurs professionnels enregistrent une amélioration de leur activité au deuxième trimestre 2010, note l’Institut d’émission des DOM dans son dernier bulletin trimestriel de conjoncture économique. Principaux domaines concernés, l’agriculture, l’élevage et la pêche, l’industrie agroalimentaire, les services marchands et le tourisme. Le BTP (Bâtiment et travaux publics) reste dans une situation difficile même si l’IEDOM enregistre un léger mieux. L’économie réunionnaise demeure encore impactée par la crise et les prévisions des chefs d’entreprise sont pessimistes pour le troisième trimestre, reflétant les incertitudes qui entourent l’activité économique de l’île.
Conformément à leur prévision, les professionnels de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche notent une forte progression de leur activité. La filière animale affiche de bons résultats. Les abattages de bovins, de porcins et de volailles s’accroissent respectivement de 6,8 %, 2,8 % et 4,6 % entre les deux premiers trimestres de l’année. Les exportations de produits de la pêche sont en baisse au deuxième trimestre, mais elles progressent fortement en cumul (les deux premiers trimestres cumulés) par rapport à un niveau particulièrement bas en 2009.

Des hôtels moins rentables

Dans l’industrie manufacturière, la reprise enregistrée au premier trimestre ne s’est pas prolongée. Les carnets de commandes sont à nouveau estimés en baisse, se traduisant par un recul des investissements à venir. Le manque de débouchés conduit à des niveaux de stocks jugés élevés par les entrepreneurs.
A l’inverse, l’activité du secteur des industries agroalimentaires s’améliore au deuxième trimestre. Les prévisions d’investissement sont en forte hausse. Cependant, leurs charges d’exploitation s’alourdissent et pèsent sur leur trésorerie. Les services marchands participent également à l’amélioration de l’activité de l’île au deuxième trimestre. Le courant d’affaires reste positif et se situe au niveau de sa moyenne longue période. Ce contexte incite les chefs d’entreprise à émettre un avis optimiste sur leur recrutement.
Le secteur du tourisme enregistre une hausse de son activité, son courant d’affaires se positionne au dessus de la moyenne longue période. Le trafic passager entre La Réunion et la France augmente de 2,9 % par rapport au premier trimestre. Le taux d’occupation des hôtels membres de l’Union des hôteliers de La Réunion (UHR) progresse de 2,4 points entre le premier et deuxième trimestre de l’année. Néanmoins, cette amélioration s’accompagne d’une contraction de la rentabilité des établissements de l’UHR au deuxième trimestre 2010 : baisse de 4,3% du revenu moyen par chambre par rapport au deuxième trimestre 2009.

Poursuite des licenciements dans le BTP

La situation dans le secteur du BTP reste difficile. Le nombre d’attestations de conformité délivrées par le Consuel (Bureau de contrôle bâtiment – Construction, sécurité) est en forte baisse (-37,7 %) en glissement annuel. Dans le même temps, les importations de ciment reculent de 43,9% par rapport au premier trimestre et de 11,9% sur un an. Les effectifs du BTP restent en retrait de 12,8% sur un an.
La dégradation de la situation dans ce secteur semble toutefois s’atténuer, note l’IEDOM. Les attestations du Consuel enregistrent une reprise au deuxième trimestre (+27,3% par rapport au premier trimestre) et la dégradation du nombre de salariés enregistrés à la caisse des congés payés du BTP ralentit avec une baisse de 1,1 % entre mars et juin 2010 contre -3,1 % au trimestre précédent et -6,5 % à fin décembre 2009. Mais cela démontre que les entreprises continuent à licencier dans le BTP.


Kanalreunion.com