Economie

Croissance économique insuffisante pour la demande d’emploi à La Réunion

Bilan économique 2012 : moins bien qu’en 2011

Témoignages.re / 1er octobre 2013

Le Bilan économique 2012 de La Réunion dévoilé par l’INSEE indique que la croissance a ralenti. 2012 a donc été une plus mauvaise année que 2011. Cela n’est guère encourageant pour la suite. La croissance était de 0,7%, bien loin des 5% en moyenne qui avaient permis de stabiliser le chômage à La Réunion.
Voici le communiqué de l’INSEE présentant ce bilan économique de La Réunion, intitulé "La croissance se tasse".

JPEG - 94.5 ko

La croissance réunionnaise faiblit en 2012 (+ 0,7 % en monnaie constante après + 1,2 %), mais se situe au dessus de la croissance nationale (0,0 %). Elle est portée par la hausse de la consommation. Cette hausse est soutenue par la croissance du pouvoir d’achat des ménages, favorisée par le ralentissement de l’inflation. En revanche, l’investissement faiblit.
La situation sur le marché du travail reste très difficile, malgré la hausse de l’emploi salarié marchand.

Le produit intérieur brut (PIB) de La Réunion est estimé à 16,3 milliards d’euros en 2012. Il augmente de 0,7 % en monnaie constante (en volume). La croissance est plus modérée qu’en 2011 (+ 1,2 %) mais est meilleure qu’au niveau national (+ 0,0 %).

La consommation maintient l’activité, l’investissement recule

Les dépenses de consommation des ménages augmentent en 2012 de 3,1 % en valeur contre 3,3 % en 2011 ; mais l’inflation s’est assagie, passant de + 2,1 % en 2011 à + 1,1 %. La consommation des ménages se renforce ainsi en volume (+2,0%) et constitue le principal moteur de l’activité économique en 2012. Elle contribue pour 1,2 point à la croissance.

Elle est soutenue par l’augmentation du pouvoir d’achat des ménages : grâce à une inflation modérée, le revenu disponible brut des ménages réunionnais progresse plus rapidement qu’en 2011 (+ 2,3 % en volume après + 1,1 %). Malgré l’augmentation de population, le pouvoir d’achat par habitant s’accroît de 1,2 % après trois années très faibles voire en recul (- 0,3 % en 2011). En revanche, il a diminué en France en 2012 et enregistré la plus forte baisse depuis 1984.

L’investissement recule de 5,2 % en volume en 2012. Cette baisse s’explique exclusivement par l’absence d’achat d’avion de ligne en 2012. Hors avions, l’investissement augmente de 1,3 %, une croissance positive mais très inférieure à celle de 2011 (+ 4,6 %) et bien loin du niveau d’avant crise qui approchait les + 9 % par an.

La situation demeure préoccupante dans la construction. L’investissement en produits du BTP (logements, bâtiments, travaux publics) est estimé en baisse de 1,4 % en volume. La baisse d’activité dans le BTP concerne essentiellement les travaux publics, le logement restant malgré tout bien orienté.

JPEG - 66.7 ko
Evolution de la croissance économique en volume

Des échanges avec l’extérieur en demi-teinte

Après une très bonne année 2011, la fréquentation touristique est décevante. Le nombre de touristes accueillis sur l’île recule de 5 % en 2012 et leurs dépenses chutent de 9 %.

Les exportations augmentent. Leur montant progresse de 2,7 % en volume après avoir été stable en 2011. La Réunion exporte essentiellement des produits agroalimentaires (60 % des exportations) en particulier du sucre et des produits de la pêche.
Le montant des importations augmente de 2,5 % en valeur hors avions. Mais leur prix s’est apprécié en moyenne de 3,1 % sous l’effet notamment de la hausse du carburant et du charbon. De ce fait, les importations hors avions baissent de 0,5 % en volume. Les importations de biens intermédiaires se contractent fortement (- 8,2 % en valeur) et renvoient un signe négatif sur l’activité des entreprises en 2012 et éventuellement en 2013.

Une croissance insuffisante pour enrayer la demande d’emploi

L’emploi salarié marchand augmente de 1,9 % après + 3,0 % en 2011. Les services et l’industrie portent l’emploi, les effectifs diminuant dans le secteur de la construction. Sous la pression du flux d’entrants sur le marché du travail et du tassement de la croissance économique, le nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A continue d’augmenter (+ 8,8 % sur 12 mois). Le taux de chômage s’établit à 28,5 % à la fin du premier trimestre 2012. Signe de ces difficultés, le nombre de bénéficiaires de minima sociaux est en forte hausse en 2012 (+ 3,5 %) et atteint un nouveau record avec 155 660 allocataires.


Kanalreunion.com