Economie

En Europe, le prix du sucre à son plus haut niveau, quel bénéfice pour les planteurs de canne ?

Filière canne

Témoignages.re / 21 décembre 2012

Dans un communiqué diffusé hier, le Syndicat Français des Sirops s’inquiète de la hausse continue du prix du sucre en Europe. Il se maintient depuis plus d’un an à un niveau jamais atteint, indiquent les sirupiers. Dans le même temps, le prix payé pour le sucre contenu dans la canne n’a pas augmenté depuis plus de 20 ans, c’est toujours 39,09 euros pour une tonne de cannes ayant une richesse de 13,8. Si cette hausse du prix du sucre profite bien à quelqu’un, quel est le bénéfice pour les planteurs de cannes ? Voici le communiqué du Syndicat Français des Sirops.

Le Syndicat Français des Sirops s’alarme face à la poursuite des tensions sur le prix du sucre en Europe qui fragilise aujourd’hui de nombreuses sociétés productrices de Sirops.

Après avoir plus que doublé entre 2008 et 2011 pour atteindre un pic mondial historique l’année dernière, le cours mondial du sucre connaît enfin une accalmie en 2012 et voit son cours significativement chuter.

Mais il n’en est rien en Europe où le prix du cours du sucre ne se calme pas, bien au contraire, il se maintient depuis 1 an à son plus haut niveau.

Le cours du sucre en Europe est en effet déconnecté de la tendance mondiale baissière. Comment expliquer ce phénomène en Europe qui fragilise les industriels de l’agro alimentaire ?

Si l’Europe était l’une des plus grandes productrices et exportatrices de sucre au monde, elle est aujourd’hui très affectée par le quota imposé par I’OCM (Organisation Commune du Marché sucre) en 2006.

L’OCM Sucre a en effet été profondément réformée en 2006 mettant en place un quota de production passant de plus de 17 millions de tonnes par an à 13,3 millions de tonnes pour les 27 pays Européens.

Face à une augmentation massive de la consommation (16.800.000 tonnes), l’Europe, jadis exportatrice est aujourd’hui contrainte d’importer plus de 3 millions de tonnes de sucre soit environ 18% de sa consommation.

Or ces importations se font au prix fort. Ce prix d’achat final est fortement impacté par les nombreuses taxes imposées et par le système des enchères permettant d’accéder ces volumes.

Les sirupiers victimes de cette envolée des prix

Les producteurs français de sirops, importants consommateurs de sucre, sont très affectés par les prix élevés du sucre pratiqués en Europe. En effet, le sucre représente près de 90% du coût des matières premières utilisées dans les sirops, son prix influe donc directement sur la viabilité financière des entreprises productrices de sirops. « C’est une véritable situation de crise qui touche depuis deux ans le sirop, la boisson made in France par excellence », explique Jean-François Hettler, président du Syndicat Français des Sirops.


Kanalreunion.com