Economie

François Hollande à Davos

Le président de la République à la rencontre de la finance

Témoignages.re / 23 janvier 2015

Le président français François Hollande s’est rendu vendredi pour la première fois depuis son élection au Forum économique mondial de Davos, où il a appelé les hauts représentants de l’économie et de la finance à apporter une réponse “globale” aux menaces terroristes et climatique.

JPEG - 57.1 ko

Introduit par l’économiste allemand et président du Forum, Klaus Schwab a apporté « sa solidarité » avec la France après les attaques. « J’ai été impressionné par la réaction du peuple français » et sa réaction “digne”, a-t-il indiqué. Ce dernier a ajouté que « La France est une nation avec un héritage culturel » immense ».
L’économiste a assuré que « nous ne pouvons pas délaisser les plus faibles et les plus jeunes » qui sont « des proies faciles » pour ceux qui tiennent des « messages de haine », ajoutant que « la meilleure réponse aux extrémistes est de construire un meilleur monde ».

François Hollande rejoint Angela Merkel

François Hollande s’est félicité des rachats massifs de dettes annoncé par la Banque centrale européenne (BCE), prévenant toutefois que cela ne dispensait pas de faire des réformes. « Dans le respect de son indépendance, je ne peux que me féliciter de ces décisions », a-t-il déclaré à la presse à son arrivée au Forum économique mondial de Davos (Suisse). Le chef de l’État a estimé que « la BCE jouait son rôle quand elle luttait contre le chômage et faisait en sorte que la croissance soit prioritaire ».
Cependant, « les décisions de la BCE ne doivent pas nous empêcher de faire nos réformes », a assuré François Hollande. Ce dernier rejoint la position de la chancelière allemande, Angela Merkel » qui avait déclaré la veille que « la décision de la BCE ne pourrait nous écarter du chemin des réformes jugées nécessaires pour les gouvernements européens ».
Le président français a ainsi martelé que « puisque la Banque centrale européenne a mis des liquidités, va favoriser la croissance, nous n’aurions plus rien à faire » ajoutant que « nous devrons toujours être compétitifs, attractifs et faire que l’innovation soit au cœur de nos politiques ».

Réformes en vue en France

Ces prises de position cautionnent la volonté de François Hollande de réformer le pays, avec “audace” et “confiance” face aux conservatismes et aux populismes. Ce dernier a d’ailleurs indiqué lors de ses vœux aux Français, qu’il n’y aurait pas de promesse ou annonce majeures après une année 2014 qualifiée de “rude”.
Le chef de l’État avait également assuré que « la France est prête à se transformer », voulant « tout entreprendre pour préparer la France de demain, de tout donner pour notre pays ». Parmi les réformes phares, le vote de la loi Macron pour l’activité et la croissance, censée libérer les énergies entrepreneuriales.
La mise en vigueur du pacte de responsabilité, annoncé lors de ses vœux de 2013, destiné à lancer un nouvel appel aux entreprises, qui sont priées « d’embaucher et d’investir ». D’autres réformes sont à prévoir en matière de justice, de gouvernance, d’écologie.


Kanalreunion.com