Economie

« L’activité du BTP se contracte »

La création de richesses et l’investissement en recul

Témoignages.re / 8 octobre 2013

Sous la mandature de l’Alliance à la Région, l’activité du BTP était le principal moteur de création de richesses et d’activité à La Réunion. Mais avec l’arrêt du tram-train et des autres grands chantiers, conjugué à la crise du logement, ce secteur s’est effondré. Et en 2012, la chute s’est poursuivie… extrait de la dernière revue de l’INSEE, consacrée au Bilan économique 2012.

JPEG - 37.4 ko
Ce graphique représente l’évolution du chiffre d’affaires du BTP. Il montre bien que le changement de tendance s’est opéré à partir de 2008, c’est la date du début de la démolition des projets : la rocade Sud du Tampon, l’hippodrome de La Réunion à Saint-Paul, le Pôle Océan de Saint-Denis, le Zénith intercommunal Nord de Saint-Denis. Cela s’est aggravé en 2010 avec l’arrêt du chantier du tram-train, de la MCUR entre autres.

« Malgré un sursaut en 2011, le chiffre d’affaires du BTP est de nouveau en baisse. Il est estimé par la CERBTP à 1,34 milliard d’euros en 2012, en recul de 3,2% après une hausse de 6,5% en 2011. Le secteur de la construction retrouve ainsi son niveau de 2010.

La baisse de l’activité entraine un recul des importations de ciment et de clinker, principal constituant du ciment. En 2012, l’importation de ciment tous types confondus (y.c. clinker) représente en volume de 306.000 tonnes, soit une chute de 10,4% des quantités importées. Elle atteint son plus bas niveau des dix dernières années.

Concernant la livraison de logements neufs, le nombre d’attestations de conformité électrique délivré confirme la reprise. En effet, le CONSUEL a délivré 8.170 visas de conformité, soit une hausse de 8,1% sur un an. Amorcée en 2011, l’augmentation du nombre de logements livrés se poursuit. Elle est composée en majeure partie de livraisons de logements sociaux dont les travaux ont démarré en 2010 et 2011.

Baisse des mises en chantier de logements sociaux

Néanmoins, les mises en chantier de logements sociaux baissent de 30% après une année record. En effet, la construction de 4.600 logements sociaux, groupés ou diffus, avait démarré en 2011. La baisse des commandes dans le logement social est en partie imputable aux incertitudes ayant pesé sur les garanties d’emprunt consenties par le Conseil général.

JPEG - 64.5 ko
Après un sursaut en 2010 et 2011, la production de logements sociaux s’est effondrée de 30%, alors que pendant ce temps, le nombre des ayants droit ne diminue pas, bien au contraire.

La production de logements intermédiaires, dépourvue d’une défiscalisation suffisamment attractive pour les investisseurs, baisse une nouvelle fois en 2012. Le logement intermédiaire, initié par la loi Girardin, avait connu un boom entre 2004 et 2008. Il a ensuite essuyé le revers de la réorientation de la défiscalisation vers le logement social. Ainsi, alors que le logement privé contribuait à près de 40% de l’activité du BTP en 2007, il ne contribue plus qu’à hauteur de 20% en 2012. »


Kanalreunion.com