Economie

L’aggravation de la situation des plus démunis

L’inflation reste à un niveau très élevé

Sanjiv Dinama / 18 juillet 2011

Le taux d’inflation continue à être très élevé à La Réunion. En effet, selon les derniers chiffres de l’INSEE, le taux d’inflation a été de 2,8% sur les douze derniers mois de l’année. Les prix atteignent donc des sommets, mais la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté. La hausse du taux du Livret A n’atténuera pas la crise.

Les deux secteurs concernés par cette forte inflation sont en premier lieu les produits pétroliers avec une hausse de 15,2% et l’alimentaire avec 3,4%, dont 7,8% pour les produits frais.
Les prix des carburants et du gaz sont fixés par la Préfecture. Toutes les augmentations du prix de ces produits pèsent considérablement sur le pouvoir d’achat des Réunionnais et entrainent les autres secteurs à la hausse. Cela situe donc le niveau de responsabilité de l’autorité chargée de fixer les tarifs des hydrocarbures.

L’État doit faire respecter l’intérêt public

Les prix atteignent des sommets. Il est à noter que cette hausse est due en partie à une augmentation de la fiscalité, ce qui n’était jamais arrivé depuis plus de 10 ans. L’UMP arrive à la Région et quelques mois plus tard, comme par hasard, les taxes augmentent par le biais du coût des certificats d’économie d’énergie. Les Réunionnais doivent maintenant non seulement payer les marges des compagnies pétrolières, mais aussi payer la hausse des taxes. Il appartient à l’État républicain de prendre des mesures de limitation des prix bien plus drastiques afin de faire respecter l’intérêt public.
Rappelons en effet que la moitié de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et que la quasi-totalité du budget hors loyer des ménages aux revenus modestes est consacrée à l’achat de produits alimentaires. Or, ce secteur a connu une forte inflation, conséquence de la hausse des tarifs des carburants, car ces derniers entrent toujours dans la composition du prix des produits de première nécessité.

L’impasse d’un modèle fondé sur l’assimilation

A côté de cela, le gouvernement annonce une hausse des taux d’intérêt du Livret A à partir du mois prochain. Ce qui est une bonne nouvelle pour l’épargnant de l’hexagone ne l’est pas pour le petit épargnant réunionnais.
En effet, le taux du Livret A passe à 2,25%, ce qui représente un taux supérieur au taux d’inflation observé en France continentale où il est de 2,1%.
Mais pour l’épargnant réunionnais où le taux d’inflation sur les douze derniers mois de l’année est de 2,8%, il y a perte de pouvoir d’achat.
Au-delà des chiffres, le Livret A est le seul produit d’épargne que notre société de “bonne conscience” offre aux petits revenus. Rappelons que ces petits épargnants ne sont pas des spéculateurs. Plus de 500.000 comptes sur Livret A sont ouverts à La Réunion. Or, dans notre île, on incite les petits revenus à retirer le peu d’économie constituée au fil des années et aller dépenser dans la consommation. Pour ces petits revenus, au-delà de la perte financière, cette situation est déstabilisante, car le Livret A est le seul endroit où le petit épargnant peut mettre ses petites économies en sécurité.
Cette situation est un exemple qui illustre l’impasse d’un modèle économique fondé sur l’assimilation.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com