Economie

L’agriculture sur la table des négociations à l’OMC

Conférence de l’Organisation mondiale du commerce à Bali en Indonésie

Manuel Marchal / 3 décembre 2013

Du 3 au 6 décembre, la conférence ministérielle de Bali se donne pour but de diminuer encore les protections des économies nationales, et de libéraliser encore davantage le commerce de produits agricoles.

Aujourd’hui, les 159 États membres de l’Organisation mondiale du commerce entament une réunion ministérielle. Dans un message adressé à la presse, Gita Wirjawan, président de la conférence et ministre du Commerce de l’Indonésie, a fixé quelques points à l’ordre du jour.

Il estime qu’un accord diminuera le coût des échanges commerciaux en supprimant des coûts liés aux passages de frontière. Le président de la conférence estime que 7% de la valeur du commerce mondial est perdue dans les procédures liées au franchissement de frontière.

« En outre, des accords sur l’agriculture, couvrant des questions de sécurité alimentaire, sur les subventions à l’exportation sur l’amélioration du système de quota, aussi bien que des éléments bénéficiant aux Pays les moins avancés (PMA), constituent une partie déterminante du "Paquet de Bali" et répondent spécifiquement à la dimension développement du Cycle de Doha ».

Il est à noter que le groupe des PMA pousse pour un accord « sans délai », ainsi que le groupe des pays ACP (Afrique Caraïbes Pacifique).

Ces discussions qui commencent aujourd’hui rappellent que la marche vers le démantèlement des barrières tarifaires protectrices continuent. Elles visent à accentuer notamment l’ouverture du marché européen aux produits venant des pays les plus pauvres, les PMA. De plus, l’agriculture sera un des secteurs mis sur la table.

Voilà de quoi appeler les planteurs réunionnais à la vigilance, car en tant que membres de l’OMC, l’Union européenne et la France devront appliquer l’accord qui pourrait être signé d’ici la fin de la semaine à Bali.

M.M.


Kanalreunion.com