Economie

L’Asie sur la voie de la prospérité

Témoignages.re / 17 septembre 2011

Alors que les mauvaises nouvelles s’accumulent de jour en jour dans les pays dits « développés » de l’Occident (Europe-USA), la presse française et réunionnaise ne parle pas souvent ou très peu des performances économiques des blocs régionaux du nouveau monde (Asie-Afrique-Amérique du Sud). A la fin du mois d’août s’est déroulée une rencontre des ministres de l’Économie des pays du bloc asiatique regroupés au sein de l’ASEAN, l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est en Indonésie. Tous les indicateurs sont au vert et augurent de vastes perspectives de renforcement de l’intégration régionale dans cette région du monde.

L’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) se maintient face à la crise de la dette qui bat son plein aux États-Unis et en Europe, grâce à sa croissance significative, sa connectivité étroite entre ses pays membres et sa faible dépendance des pays développés.
Dans l’espoir de jouer un rôle plus important sur la scène mondiale, l’ASEAN continue de renforcer l’intégration parmi ses membres en organisant de divers dialogues, réunions et actions.
Par ailleurs, du fait que l’ASEAN ait subi la crise économique mondiale de 1997 à 1998, elle sait désormais mieux aborder les crises économiques qui ont fait suite.
En 2009, la croissance économique de l’ASEAN a chuté pour atteindre 1,6%, avant de rebondir à 7,4% en 2010, un succès qui donne lieu de croire que le bloc pourrait contrer les impacts qu’exerce la crise qui règne actuellement dans les pays développés.
Les États membres de l’ASEAN ont en effet réalisé des progrès significatifs dans la réduction des barrières commerciales et aux investissements parmi ses membres.
En 2010, 99,11% des tarifs douaniers de l’ASEAN-6 (Brunei, Indonésie, Malaisie, Philippines, Singapour et Thaïlande) ont déjà été réduits à zéro, tandis que 98,86% des tarifs douaniers de l’ASEAN-4 (Cambodge, Laos, Myanmar et Vietnam) se maintiennent en deçà de 5%.
Le commerce de marchandises de l’ASEAN a augmenté de 32,9% en 2010, et la valeur du commerce est passée de 1.540 milliards de dollars en 2009 à 2.040 milliards de dollars en 2010.
Les investissements directs étrangers (IDE) dans l’ASEAN ont également connu une hausse relative, s’élevant à un montant de 75,8 milliards de dollars en 2010, contre 37,9 milliards de dollars en 2009.
Les IDE intra-ASEAN ont augmenté de 131,8% en 2010. Le secteur des services a continué à réaliser une bonne performance tant en terme de valeur qu’en terme d’IDE, avec un montant de 49,2 milliards de dollars ou 65,7% des IDE totaux de l’ASEAN en 2010.
Le secteur manufacturier est arrivé deuxième avec 21 milliards de dollars correspondant à 28,1% de l’ensemble des IDE. La part du secteur minier a été de 5,5% en 2010.
Les tarifs de douane diminuent rendant l’accès aux marchés plus facile notamment grâce à la mise en œuvre des accords de libre-échange (FTA) entre l’ASEAN et ses partenaires de dialogue, comme l’Australie, la Chine et la Nouvelle-Zélande, et contribuant ainsi à l’obtention d’un élan économique positif pour les membres du bloc.
Avec une population de plus de 600 millions de personnes, une croissance économique comprise entre 5,7% et 6,4% en 2011, et un PIB combiné de près de 1 500 milliards de dollars, l’ASEAN pourrait jouer un rôle de moteur de croissance en Asie-Pacifique, voire dans le monde.
Cependant, l’ASEAN est confrontée à de nombreux défis si elle veut atteindre cet objectif.
La ministre indonésienne du Commerce, Mari Elka Pangestu, qui est présidente des ministres de l’Économie de l’ASEAN, a déclaré qu’il est impératif de mettre en œuvre maintenant le projet 2015 de la Communauté économique de l’ASEAN (AEC) selon une dépêche de l’agence XINHUA.
"Cela va apporter des avantages à tous ses membres et permettre à l’ASEAN d’évoluer ensemble avec nos partenaires de dialogue. Nous devons aussi renforcer la connectivité de l’ASEAN avec le reste de l’Asie-Pacifique pour que l’ASEAN soit bien intégrée à la chaîne d’approvisionnement mondiale. Ce que nous envisageons, c’est une ASEAN qui est compétitive, équitable, durable et solide", a fait remarquer Mme Pangestu.
Pour sa part, le secrétaire général de l’ASEAN, Surin Pitsuwan, a indiqué que le bloc venait de passer son 44e anniversaire, qui doit servir de rappel dans le but d’examiner ses travaux dans le contexte des évolutions constantes de l’économie mondiale.
"2015 est proche. Nous devons nous assurer que nous sommes en mesure de gouverner et de rester sur la bonne voie afin de réaliser les engagements auxquels nous nous tenons", a-t-il souligné.
Le vice-président indonésien Boediono a de son côté mis l’accent sur la nécessité de l’ASEAN d’augmenter la compétitivité dans toutes les économies membres afin de faire face aux incertitudes dans l’économie mondiale.
"Alors que beaucoup progressent dans la bonne direction, beaucoup plus reste encore à faire. L’ASEAN va établir, d’ici 2015, établir une communauté économique intégrée et doit prendre en compte le dynamisme accru de la région vers une économie plus intégrée dans l’avenir proche", a-t-il dit.
Des perspectives de développement qu’ont anticipé les dirigeants de l’ancienne mandature de la Région Réunion notamment dans les orientations en matière de Relations internationales avec la Chine, l’Inde et surtout dans le domaine aérien avec Air Austral qui maintenant dessert la capitale thaïlandaise Bangkok directement depuis La Réunion. Des échanges à renforcer de plus en plus avec cette région en pleine prospérité.

Christophe Rocheland


Kanalreunion.com