Economie

L’avenir incertain du secteur du BTP à La Réunion

6% de baisse du chiffre d’affaires en 2012, inquiétudes pour 2013

Céline Tabou / 15 février 2013

La Fédération Réunionnaise du bâtiment et des Travaux Publics (FRBTP) a livré le bilan de l’année 2012 et mis en avant des perspectives moroses pour l’ensemble du secteur. Le président de la fédération, Bernard Siriex, a fait état d’une « situation catastrophique ».

JPEG - 29.6 ko

François Larnaudie (vice-président FRBTP), Bernard Siriex (président FRBTP), Nicolas Weinsberg (secrétaire général FRBTP), Yannick Painiave (administrateur FRBTP).

Avec un chiffre d’affaire estimée à 1,310 milliard d’euros pour 2012, la FRBTP a noté une chute de 6% entre 2011 et 2012. « Le niveau est anormalement bas au regard des besoins de construction à La Réunion », a expliqué Bernard Siriex. Les investissements dans l’ensemble du domaine (bâtiment, travaux publics, commande publique, commande privée, neuf et entretien/réhabilitation) sont inférieurs à ceux réalisés en France : 1.560 euros/hab. à La Réunion, contre 2.600 euros/hab. en France.
Depuis 2010, près de 500 entreprises ont été liquidées, entraînant la perte de 4.400 emplois. Pour l’unique année 2012, ce sont 151 entreprises liquidées contre 174 en 2010 et 2011. Face à cette érosion, Bernard Siriex s’est indigné de voir les ministres mobilisés lorsque des centaines d’emplois sont menacés dans un département de France, mais qu’à La Réunion, cela n’émeut personne. « 8.000 pertes d’emploi à La Réunion, si l’on fait le ratio entre la population réunionnaise et la population de France, cela représente 740.000 emplois perdus uniquement dans le BTP. Donc si c’est une catastrophe en France, à La Réunion, cela doit l’être également », a expliqué le président de la FRBTP.

« Il faut une vraie politique foncière à La Réunion »

Le secteur dépend à 70% de la commande publique contre 30% pour le privé, dans un contexte de crise de la dette en Europe et notamment en France, les perspectives des communes en matière d’investissements devraient diminuer encore cette année. En effet, l’effort demandé aux collectivités devrait peser sur les investissements fonciers. Face à cela, Bernard Siriex a dénoncé les effets d’annonces des gouvernements successifs. « Nous voulons la vérité, pas des effets d’annonce » pour des opérations prévues en 2013, mais réalisées en 2014 voire 2015, a expliqué ce dernier.
La fédération souhaite la poursuite des missions du Haut Conseil de la Commande Publique (HCCP) afin de mettre en évidence les dysfonctionnements tels que la baisse des mises en chantier de la commande publique entre 2011 et 2012 et les « effets d’annonce dont est régulièrement victime notre secteur ». Cette dernière s’appuie sur l’annonce des 595 millions d’euros de mises en chantier en 2011, mais après les analyses de 2012, il s’est avéré que 119 millions d’euros de travaux devant démarrer en 2011 ont été reportés, ce qui représente 20% des annonces faites.
La FRBTP a dénoncé « la moitié de ces reports se concrétiseront par des démarrages en 2012 : 50% avec un décalage sur 2012 ; 30% décalés en 2013 et 12% annulés ou en attente ». Face à cette situation, le vice-président de la FRBTP, François Larnaudie a indiqué qu’il fallait « une vraie politique foncière à La Réunion ». Ces derniers dénoncent l’incertitude qu’il règne au sein de leur secteur. En effet, sur le plan économique, l’année 2012 a été marquée par un niveau d’activité « encore et toujours anormalement bas », un niveau de prix « également anormalement très bas » et une « amplification et généralisation des difficultés des entreprises ».

« Un niveau de mise en chantier largement inférieur »

Dans le domaine du logement social, malgré les 4.935 logements sociaux financés en 2012, la demande persiste, près de 22.000 foyers attendent un logement à La Réunion et malgré cette forte augmentation de 26% par rapport à 2011, le niveau de mise en chantier reste largement inférieur aux besoins. Selon l’analyse de la Cellule Économique du BTP de La Réunion (CERBTP), 2.684 logements sociaux neufs ont été mis en chantier en 2012 contre les 4.600 en 2011. Ce recul s’explique par « un net recul des mises en chantier en 2012 dont la programmation a été lancée en 2012. En effet, alors que 32% des programmations financières 2011 avaient démarré dans l’année, ce chiffre chute de 15% au maximum pour la programmation 2012 », a noté la CERBTP.
La fédération plaide pour le maintien de la défiscalisation pour le financement de la construction de logements sociaux à La Réunion. Bernard Siriex a indiqué qu’il est « nécessaire de préserver ce financement », car celui-ci a alloué 231 millions d’euros à La Réunion, pour 2012. Sur la question du relais de garantie entre l’État et les acteurs du logement social, la FRBTP souhaite une solution rapide et que celle-ci soit trouvée dès le 1er trimestre de 2013, auquel cas « la production sera bloquée en 2013, ce que nos entreprises ne pourront plus accepter ».
D’autant plus que les délais de paiement deviennent de plus en plus longs, entrainant des déséquilibres budgétaires au sein des entreprises. Les acteurs du secteur souhaitent une relance de l’activité qui passe notamment par les grands chantiers, tels que le boulevard nord, la route du littoral, les aéroports, et « nous comptons aussi sur le financement de l’Europe pour le futur de La Réunion et l’aménagement », avec notamment les radiers et les routes mitoyennes. Pour exemple, le Conseil général a donné des garanties pour 2012, mais ne s’est pas avancé pour 2013. Cependant, « sans garantie, rien ne redémarrera » a noté Bernard Siriex.

Céline Tabou

2013 : « On n’arrête pas le futur »

• La Fédération Réunionnaise du Bâtiment et des Travaux Publics s’est donnée plusieurs objectifs cette année. Parmi lesquels la sécurité des employés et notamment la dénonciation de la dégradation du taux d’accident prise en compte par la Sécurité sociale et la santé de leurs employés. Mais également de leurs entreprises-membres avec le lancement d’action en interne, de formation et d’aide au montage de dossier. Bernard Siriex s’est félicité de l’aboutissement d’une de leur revendication : le maintien du Bonus BTP. Signé le 7 février 2013, celui-ci sera maintenu jusqu’au 31 décembre 2013.


Kanalreunion.com