Economie

L’économie réunionnaise se tertiarise un peu plus

Le poids considérable des services une nouvelle fois confirmé

Céline Tabou / 13 mai 2014

La Direction des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’empli de La Réunion (DIECCTE) a publié son premier bulletin, "Conjoncture", faisant état des « données sur les évolutions du marché du travail, les politiques publiques en matière d’emploi mais aussi sur l’emploi salarié dans le secteur privé ».

GIF - 17.1 ko
La répartition des emplois montre le poids écrasant du secteur des services. C’est la conséquence d’une décision politique d’un gouvernement qui décida d’étendre la surémunération à tous les fonctionnaires.

Le n°1 d’avril 2014 met en exergue une tertiarisation de l’économie réunionnaise, avec l’augmentation constante du secteur non marchand. La hausse trimestrielle des emplois de service est de 0,6%, conduisant « désormais, la moitié des salariés du secteur privé sont employés dans les services ».

Les contrats aidés soutiennent l’emploi

Le secteur des services a augmenté de 1,6% sur un an, soit +0,8% en moyenne par trimestre. Cette hausse met l’accent sur la tertiarisation de l’économie réunionnaise. D’ailleurs, selon les analyses de la DIECCTE, « près de 18 000 personnes sont bénéficiaires d’un contrat aidé à la fin du 1er trimestre 2014 à La Réunion ». Les contrats aidés réunissent les Contrats Unique d’Insertion (CUI) et les Emplois d’avenir.

Pour la seconde année, les contrats aidés soutiennent l’emploi. Dans son enquête emploi 2012, l’INSEE révèle qu’au deuxième trimestre 2012, « le taux de chômage à La Réunion s’élève à 28,5%, en baisse de 0,9 point par rapport à 2011 ». Cependant, « la baisse du taux de chômage résulte du découragement de chômeurs, qui arrêtent leurs recherches d’emploi et se désengagent du marché du travail ». La nouvelle enquête 2013 de l’institut réaffirme ce constat.

Pour sa part, la DIECCTE a également assuré que l’emploi était soutenu par les contrats aidés, dont près de 18.000 Réunionnais bénéficient. Parmi eux, 14.800 personnes ont un CUI. Il s’agit surtout de 80% d’entrants et 20% de renouvellement de contrat. Contrairement à l’an dernier, la durée du CUI est passée de 6,7 mois à 9,5. Ce contrat concerne 58,3% des personnes ayant « une qualification inférieure au CAP ».

L’autre type de contrat aidé, les emplois d’avenir, concernent 3.014 personnes au premier trimestre de 2014. Un chiffre encore loin d’atteindre les 5.000 emplois d’avenir prévu pour La Réunion, chaque année. Concernant, les contrats de génération lancés, ils ne profitent qu’à 76 personnes, sur les 100.000 prévus pour toute la France. Un nombre peu élevé, qui s’explique par la faillite des Petites et Moyennes Entreprises à La Réunion.

Persistance du chômage

Selon la DIECCTE, en fin mars 2014, 132.290 Réunionnais sont inscrits à Pôle emploi en catégorie A, c’est à dire en recherche active, disponible et sans emploi. Cela représente une baisse de 0,6% par rapport au trimestre précédent, en fin janvier, 132.850 Réunionnais étaient à la recherche d’un emploi. Sur un an, leur nombre de demandeurs d’emploi de catégorie A est en légère baisse de 0,1%. Enfin, l’institut constate une diminution du nombre de demandeurs d’emploi en recherche active (DEFM A,B,C) de 0,3% pour ce trimestre.

En dépit de ces diminutions, le nombre des demandeurs d’emploi de longue durée ne cesse d’augmenter. Fin mars 2014, 85.880 demandeurs d’emploi, inscrits en catégorie ABC, sont sans emploi depuis plus d’un an. Une hausse de 6,2% sur un an. Les demandeurs d’emploi de longue durée représentent 56,5% de l’ensemble des demandeurs d’emploi contre 38,8%, cinq ans auparavant.

Les contrats aidés et emplois d’avenir, ainsi que la croissance des formations, ont permit la di munition du taux de chômage chez les jeunes de moins de 25 ans. Cette baisse est sensible pour ce trimestre : 4,1%. Au 1er trimestre 2014, les jeunes représentent 16,1% des inscrits à Pôle emploi soit 3,2 points de moins que cinq ans auparavant. Malgré cela, la précarisation de l’emploi et leur durée limitée des contrats aidés pourraient remonter à la hausse.

En effet, le « recours soutenu à l’activité partielle » est en hausse au cours du 4ème trimestre 2013 de 18,3% en glissement annuel, auquel s’ajoute une augmentation des heures consommées cumulées depuis le début de l’année. Enfin, concernant les 26/49 ans, le nombre de demandeurs d’emploi a diminué, contrairement aux demandeurs d’emploi, âgés de 50 ans ou plus, qui croit ce trimestre de 2,6%.

 Céline Tabou 

Diminution des salariés par secteur


Depuis 2010, le secteur du BTP est en pleine crise. Une crise qui aura conduit l’ensemble des acteurs du secteur à manifester dans les rues de Saint Denis en 2012. La destruction des emplois continue cette année, après la suppression de 1.200 emplois en deux ans. Selon la DIECCTE, l’emploi salarié dans le secteur privé a diminué de 4,6%.

Alors que l’agriculture est menacée par la remise en cause de la filière canne, avec la suppression des quotas sucriers d’ici 2017. L’organisme a indiqué que le secteur agricole a perdu 1,9% des emplois salariés, entre 2012 et 2013. Contre -0,1% dans l’industrie, principalement dans la métallurgie et -1,3% dans le secteur du commerce.

Seul l’intérim a augmenté de 5,2%, et l’emploi salarié dans le secteur privé et l’hôtellerie, la restauration : +0,6%.


Kanalreunion.com