Economie

L’effet route des Tamarins

Etape importante dans l’aménagement de l’Eco-Parc du Portail

YVDE / 28 novembre 2009

L’Eco-Parc du Portail se dessine. Hier, Eric Wuillai, PDG de CBO Territoria, et Thierry Robert, Maire de Saint-Leu, ont inauguré les terrains aménagés et la première pierre de la jardinerie Gamm Vert a été posée. On attend la création de cinq cents emplois nouveaux directs au bord de la route des Tamarins. Laquelle se révèle un vrai axe de développement et d’aménagement.

Juste au-dessus de la route des Tamarins, le terrassement de l’Eco-Parc du Portail, sur lequel flottent les étendards de CBO Territoria, ne peut passer inaperçu. Les ouvriers qui ont travaillé sur ce chantier peuvent être fiers. Quinze mois de travail ont été nécessaires pour établir des plateformes sur un terrain présentant 30% de pente ; une première tranche d’investissement de 30 millions d’euros pour les voieries et les réseaux.
Dès le début de l’année prochaine commenceront les travaux de construction de la jardinerie de Gamm Vert (2.700 mètres carrés) dont la première pierre a été posée hier.
L’Eco-Parc du Portail, sur une surface de 30 hectares, doit accueillir un hypermarché et une galerie marchande (18.000 mètres carrés) dont le premier coup de pioche devrait être donné début 2011, et un parc commercial de quelque 4.500 mètres carrés pour installer quatre ou cinq moyennes surfaces.
Mais Eric Wuillai, PDG de CBO Territoria, clame que l’Eco-Parc du Portail, « ce n’est pas seulement de la grande distribution ». Une zone artisanale de 2,5 ha avec des locaux proposés à la vente et en location devrait attirer des entreprises. Même si Eric Wuillai estime que « certains des projets actuellement présentés auront du mal à tenir la route ».
Le pôle multi-activités offre également 10.000 mètres carrés de bureaux à réaliser à la fois en patrimoine et en promotion. Et tout le monde s’accorde à dire que le centre d’hébergement et de travail pour personnes handicapées de l’ALEFPA prend toute sa signification sur cette zone. Enfin, le pôle accueillera une plateforme logistique.

Cinq cents emplois nouveaux

La livraison totale de l’Eco-Parc, pour un coût estimé à 150 millions d’euros, est prévue pour fin 2012. Thierry Robert, Maire de Saint-Leu, se félicite de cet équipement au Portail que la Commune a soutenu et accompagné. Saint-Leu compte 55% de chômeurs et les collectivités ne peuvent donner du travail à tous. « Ce sont les entreprises qui créent des emplois », affirme-t-il. Celles de l’Eco-Parc devraient créer mille emplois dont cinq cents nouveaux environ ; sans compter les emplois indirects (entretien, gardiennage, restauration...). Et pour que cela profite aux Saint-leusiens, sans doute faudra-t-il anticiper sur les besoins et mettre en place des opérations d’insertion.
Cela dit, l’opération d’aménagement ne s’arrête pas à l’Eco-Parc. Thierry Robert parle « de grosse dynamique du logement à mettre en place ». Il compte sur le futur Schéma d’aménagement régional (SAR) pour répondre aux besoins en habitat et en équipements de proximité. La question de la circulation n’est pas entièrement réglée. Il n’existe pas de véritable liaison avec la RD 11. Même si une partie de voie a été réalisée par CBO, et que le Conseil général s’est déjà penché sur l’aménagement de ronds-points sur la RD 11.
Cette opération relève de l’effet « Route des Tamarins ». Cette dernière positionne l’Eco-Parc du Portail à 15 minutes de Saint-Pierre et du Port. Un vrai atout pour le développement.

 YVDE 


Une approche environnementale forte

Un bilan carbone est en cours. Mais déjà, CBO Territoria avance quelques données intéressantes du point de vue du développement durable. Ainsi, le drainage des plateformes a été réalisé avec des “chips” de pneus usagés sortis de l’usine du Port. Au total, 61% de la production annuelle de pneus usagés ont été utilisés, soit une économie de 8.000 tonnes de carbone.
Les déblais des plateformes ont été réutilisés sur le site et pour recharger des terres agricoles de 17 ha, à côté du cimetière. Une opération réalisée avec les conseils du Cirad et de la Safer qui devrait permettre la plantation de la canne.
D’autre part, la production photovoltaïque (parkings, toits...) fera de l’Eco-Parc « une zone à énergie positive ». Mille cinq cents arbres et plantes ont été mis en terre et la pose de la première pierre de Gamm Vert a été l’occasion de réintroduire sur le site cinq espèces endémiques.


Kanalreunion.com