Economie

L’inflation continue à La Réunion : les plus pauvres durement touchés

Publication de l’indice des prix à la consommation par l’INSEE

Sanjiv Dinama / 14 août 2009

L’INSEE vient de publier l’Indice mensuel des prix à la consommation des ménages pour le mois de juillet 2009. L’indice fait apparaître une hausse des prix en juillet de 0,4. Ces augmentations sont spécifiques à notre île, d’où la nécessité d’adapter les mesures prises en fonction de la situation. Les conséquences d’application mécanique de décisions prises en France peuvent en effet être redoutables. C’est le cas par exemple pour le taux de Livret A qui a baissé à 1,25% depuis le 1er août 2009. Lorsque le gouvernement décide de réduire le taux car la France connaît une situation de désinflation, ce n’est pas le cas à La Réunion. Un épargnant réunionnais qui place ses économies sur un Livret A est victime d’une perte de pouvoir d’achat au regard du taux d’inflation et des frais bancaires liés à la tenue du compte.

La hausse indiquée dans l’Indice mensuel des prix à la consommation publié par l’Insee concerne essentiellement les services et plus particulièrement les transports qui ont connu un bond de 6,5%.

Pour l’alimentation, le taux d’inflation a été de 0,2% en juillet 2009. (Voir graphique “Évolution de l’indice des prix à la consommation au mois de juillet 2009”). Rappelons que le COSPAR a obtenu une baisse des prix sur 254 produits de première nécessité, ce qui a contribué à ralentir l’inflation sur ce poste. Sans la mobilisation de la population et du COSPAR, l’augmentation aurait été bien plus importante, pénalisant surtout les familles ayant les plus bas revenus.

Mais l’alimentation et les services sont les deux seuls postes à avoir connu une augmentation des prix en juillet 2009. Les prix ont été stables pour les produits manufacturés et l’énergie, selon l’Insee. (Voir graphique “Évolution des prix de quelques produits alimentaires”).

Rappelons que la France connaît un taux d’inflation négatif. En effet, contrairement à La Réunion où le taux d’inflation reste positif sur les douze derniers mois de l’année (0,2%), la France connaît une situation de désinflation (-0,5%). Mais c’est la réalité de la France qui est prise en compte par l’État pour fixer le montant des revenus et des taux d’intérêts sur lesquels il peut agir : minima sociaux, taux d’intérêts…
D’où la nécessité d’adapter les mesures prises en fonction de la situation. C’est le cas par exemple pour le taux de Livret A qui baisse à 1,25%. Lorsque le gouvernement décide de réduire le taux car la France connaît une situation de désinflation, ce n’est pas le cas à La Réunion.
Un épargnant réunionnais qui place ses économies sur un Livret A est victime d’une perte de pouvoir d’achat au regard du taux d’inflation et des frais bancaires liés à la tenu du compte. Au moment où l’on parle de cohésion sociale, sur quel lien repose-t-elle ? En baissant le taux du Livret A depuis le 1er août et surtout sans prendre en considération la réalité réunionnaise où le taux d’inflation est supérieur au taux en France, Paris n’encourage pas l’effort à l’épargne.

Sanjiv Dinama


Kanalreunion.com