Economie

L’union des Chambres consulaires

52.000 entreprises à défendre en 2011

Témoignages.re / 16 février 2011

Stratégie renforcée pour les Chambres consulaires en 2011 : parler d’une seule voix pour représenter les entreprises. « L’interconsulaire, c’est l’économie réunionnaise », ont affirmé hier les trois présidents.

La Chambre de Commerce et d’Industrie, la Chambre d’Agriculture et la Chambre des Métiers et de l’Artisanat ont tenu ensemble une conférence de presse de rentrée hier. L’occasion d’annoncer leur volonté de faire de l’interconsulaire le défenseur légitime de l’économie réunionnaise.
Désormais, les trois Chambres consulaires devraient travailler de concert pour les 52.000 entreprises de l’île. Ibrahim Patel, nouveau président de la CCIR, veut ainsi concrétiser l’un de ses engagements de campagne.
L’objectif est de parler d’une même voix auprès du gouvernement français, de l’Europe, et des politiques locaux. Relance de l’économie, secteur du photovoltaïque, développement de l’apprentissage sont quelques sujets abordés hier.

Relance de la commande publique

Près de 12.000 entreprises ont mis la clé sous la porte depuis le début de la crise en 2008. Une entreprise sur deux avait pourtant plus de 3 ans d’existence, précise Ibrahim Patel. « La priorité est de permettre aux entreprises de redémarrer sans le fardeau des dettes sociales et fiscales ». L’interconsulaire appelle les entreprises à prendre contact avec elle avant le 28 février, date d’expiration des mesures Novelli. L’interconsulaire demande aussi la relance de la commande publique (1,2 milliard) et le respect des délais de paiement. Bernard Picardo, président de la CMA, plaide pour l’application du Small Business Act, pour favoriser l’accès des TPE/PME aux appels d’offres.

Soutien au photovoltaïque

Concernant le secteur photovoltaïque, l’interconsulaire tire la sonnette d’alarme : « c’est un secteur tout entier qui est menacé et à terme l’objectif d’autosuffisance énergétique abandonné ». Le coup porté à la défiscalisation, le manque de chantiers, la suspension de l’obligation d’achat d’électricité d’origine solaire ont des conséquences sur l’activité des entreprises. L’interconsulaire demande aux pouvoirs publics de prendre en compte les enjeux pour la Réunion.

Booster l’apprentissage

Les Chambres consulaires accueillent les deux tiers des jeunes en apprentissage. 2300 apprentis à la CMA, 1600 à la CCIR… Mais elles pourraient faire mieux car « nous avons des besoins en main-d’œuvre et nous n’arrivons pas à former les jeunes », affirme Bernard Picardo. L’annonce du chef de l’Etat de porter à un million le nombre d’apprentis en France n’est donc pas tombée dans l’oreille d’un sourd. L’interconsulaire va donc être attentive à la réhabilitation des CFA (Centre de formation par l’apprentissage) pour augmenter les capacités d’accueil et offrir de nouvelles filières. Objectif, 3000 apprentis dans l’artisanat et une campagne de communication auprès des entreprises.
Pour symboliser cette union des Chambres consulaires, un magazine commun va être publié.

EP


Menace de grève à EDF et Séchilienne

L’interconsulaire ne va pas laisser faire

L’expérience a été douloureuse pour les entreprises, notamment les agriculteurs (irrigation des cultures, ventilation des élevages de volaille, stockage du lait). Les coupures de courant, suite à la grève de la Séchilienne, leur a coûté 450.000 euros selon Jean-Yves Minatchy, président de la Chambre verte. Des entreprises ont dû investir dans des groupes électrogènes. Cette fois, l’interconsulaire parle d’une seule voix. Pour eux, la grève est un droit mais elle ne doit pas « prendre en otage l’outil de travail ». Surtout quand l’économie est fragile. Les syndicats s’engagent « dans un système d’engrenage qui ne protège pas les salariés », affirme Ibrahim Patel. L’interconsulaire demande aux syndicats d’attendre l’arbitrage de l’Etat avant d’envisager une grève.

EP


Kanalreunion.com