Economie

La Chine et l’Europe reliées par l’océan Arctique

Une nouvelle route maritime va influencer les échanges dans le monde et aura des conséquences pour La Réunion

Témoignages.re / 13 août 2013

Un cargo chinois de la compagnie Cosco compte relier la Chine à l’Europe en 33 jours, soit près de deux semaines de moins que la durée habituelle de voyage. Pour atteindre cet objectif, le bateau de 19.000 tonnes va utiliser une autre route maritime que l’océan Indien et le Canal de Suez. Il va utiliser le passage du Nord-Est qui longe les côtes de la Sibérie. Avec l’aggravation du réchauffement climatique, cet itinéraire sera beaucoup plus accessible, et l’intérêt de cette route est évident pour les bateaux asiatiques : temps de voyage réduit d’un tiers et plus besoin de passer par le Canal de Suez ou le Canal de Panama.

Selon le quotidien "China Daily", un cargo appartenant au géant chinois du fret maritime Cosco a quitté jeudi le port de Dalian et devrait atteindre l’Europe 33 jours plus tard en empruntant le passage du Nord-Est. Cette route maritime longe la côte Nord de la Russie.

C’est la première fois qu’un bateau chinois vogue vers l’Europe en passant par l’océan Arctique.

D’une masse de 19.000 tonnes, le cargo en question doit franchir le détroit de Béring le 25 août, avant de commencer sa traversée de l’océan polaire.

« Il y a trois routes maritimes importantes dans la région de l’Arctique », précise "China Daily", « le passage du Nord-Est, le passage du Nord-Ouest et la route centrale » qui passe au plus près du Pôle Nord. Le Passage du Nord-Est relie l’Asie à l’Europe, celui du Nord-Ouest ouvre le chemin de la côte Est des Etats-Unis en serpentant entre les îles du Grand Nord canadien, et la route centrale permet de relier directement l’Asie à l’Atlantique Nord. Ces deux derniers itinéraires évitent aux navires voulant atteindre la côte Est de l’Amérique de passer par le canal de Panama contrôlé par les Etats-Unis.

Au moins 4 mois dans l’année

À la fonte des glaces, le passage du Nord Est est ouvert à partir de fin juillet pour au moins 4 mois, tandis que la route centrale n’est accessible qu’à partir de fin août pour une durée d’un mois. Ce sont les données actuelles, mais avec l’aggravation du réchauffement climatique, les dates d’ouverture seront plus importantes, et le trafic par ces routes avec.

Le passage du Nord-Est est long de moins de 5.500 kilomètres. Il rapproche donc considérablement les ports d’Asie de leurs homologues européens.

« Une fois que le nouveau passage sera ouvert, il changera l’organisation du marché mondial de l’industrie de la navigation, car il raccourcira significativement la distance entre la Chine, et les marchés d’Europe et d’Amérique du Nord », dit Qi Shaobin, professeur de l’Université maritime de Dalian.

Qi dit que parce que la Chine est le premier exportateur mondial, beaucoup de ses ports les plus importants tels que Dandong, Yingkou, Qinhuangdao et Tianjin bénéficieront de ces nouvelles routes, particulièrement ceux situés dans le Nord-Est de la Chine.

7.600 milliards d’exportations en 2020

90% des exportations de la Chine sont transportées par mer. Le commerce de la Chine s’accroitra jusqu’à 7.600 milliards de dollars d’ici 2020, prévoit l’Institut de recherche polaire de la Chine.

Han Yichao, analyste industriel de Chagjiang Securities CO, dit que si 10% du commerce chinois passait par les routes de l’Arctique, cela pourrait représenter 683 milliards de dollars.

La compagnie Cosco dit que l’ouverture du passage du Nord-Est a un potentiel commercial significatif, en particulier avec la mondialisation des échanges. Cette nouvelle route peut réduire la durée du voyage entre les ports d’Asie et d’Europe d’un tiers. Plus important pour Cosco, cela permettra de diminuer le coût du transport, la consommation en fuel et les émissions de gaz à effet de serre.

La Chine, observateur au Conseil de l’Arctique

En mai dernier, la Chine, avec cinq autres Etats, s’est vu accorder mercredi le statut d’observateur au Conseil de l’Arctique.
La Chine, l’Inde, l’Italie, le Japon, la République de Corée et Singapour ont obtenu le statut d’Etat observateur lors de la huitième réunion ministérielle du Conseil de l’Arctique tenue à Kiruna, la ville la plus septentrionale de la Suède.
Gao Feng, chef de la délégation de la Chine à l’événement, a déclaré à Xinhua que le statut d’observateur tant attendu de la Chine est une décision « juste et sage » , et que cela sera constructif pour la coopération internationale future sur les questions liées à l’Arctique.
« La Chine va d’abord apprendre à mieux connaître l’Arctique, et puis elle sera en mesure de rejoindre efficacement la coopération internationale », a déclaré M. Gao.
Le ministre suédois des Affaires étrangères Carl Bildt, le président actuel du Conseil, a déclaré que le Conseil de l’Arctique a salué le statut d’observateur des six pays.
La réunion a également été marquée par la signature de la Déclaration de Kiruna, qui reconnaît « l’importance du maintien de la paix, de la stabilité et de la coopération constructive dans l’Arctique » ainsi que « l’importance de l’utilisation durable des ressources, du développement économique et de la protection de l’environnement ».
La déclaration a également réitéré la nécessité urgente d’accroître les actions nationales et mondiales visant à « atténuer et s’adapter au changement climatique ».


Kanalreunion.com