Economie

La COI et l’Europe veulent autre chose que îles Vanille !

La Commission de l’océan Indien lance son étude stratégique de coopération touristique

Témoignages.re / 30 octobre 2014

Comment trouver des complémentarités entre les îles de la COI, c’est l’objet d’une étude financée par l’Union européenne. Cette décision tranche avec l’empressement pour mettre en place les îles Vanille. L’idée portée par Didier Robert avait officiellement comme but de soutenir le développement du tourisme à La Réunion par des séjours combinés entre Maurice et La Réunion notamment. Dans les faits, le nombre de touristes à La Réunion a diminué.

JPEG - 78.5 ko
La crise économique en Europe a des répercussions sur le tourisme à La Réunion. Mais si Maurice peut compter sur les Réunionnais pour compenser les pertes, la réciproque n’existe pas.

Une première réunion préparatoire s’est tenue aujourd’hui au siège de la Commission de l’océan Indien (COI) pour le lancement de l’étude relative à la définition d’une stratégie de coopération touristique dans les pays de la COI. Cette réunion s’est tenue en présence de Véronique Espitalier-Noël, Chargée de mission au Secrétariat général de la COI, Catherine Bouveyron et James MacGregor, experts du consortium retenu suite à la consultation européenne et d’un représentant de la délégation de l’Union européenne.

L’objectif général de l’étude, financée par le Fonds européen de développement (FED), est de définir une stratégie de coopération entre les États membres de la COI qui permette d’ancrer le secteur touristique dans une dynamique de développement économique et social durable. Cette étude prendra en considération les spécificités des différentes îles, notamment la fragilité des milieux naturels, l’insularité et la diversité culturelle.

L’étude poursuit trois objectifs :
la définition de produits touristiques régionaux viables et compétitifs ;
une stratégie vis-à-vis des marchés prioritaires ;
une organisation optimale du secteur touristique.

Suite à cette réunion préparatoire, l’équipe d’experts va se rendre dans les îles pour rencontrer les différents partenaires préalablement identifiés par les États membres de la COI et mener une étude de terrain. Ce travail de terrain se déroulera jusqu’en décembre 2014. L’ensemble des données collectées sera ensuite analysé et un rapport final sera produit début 2015. L’atelier de restitution finale qui réunira toutes les parties prenantes est prévu pour février 2015.

« Conscient du fort potentiel du tourisme durable pour le développement de nos États membres, le 27ème Conseil des ministres de la COI, réuni en octobre 2011 à Maurice, a rappelé la nécessité d’instruire un projet avec une forte composante « coopération dans le domaine du tourisme » », précise le communiqué de la COI. La réunion des ministres en charge du tourisme dans les États membres de la COI du 12 novembre 2012, à la Réunion, a arrêté les éléments clés du cahier des charges d’une future stratégie régionale pour la coopération touristique de la COI. Le 28ème Conseil des ministres, réuni en janvier 2013 aux Seychelles, a validé le cahier des charges pour une étude stratégique régionale de coopération touristique.

Enfin, en septembre 2013, lors de la conférence internationale du tourisme insulaire organisée à La Réunion sous l’égide de l’Organisation mondiale du tourisme (OMT), Jean Claude de l’Estrac, Secrétaire général de la COI, a défini l’Indianocéanie comme « la synthèse d’un patrimoine commun et la conjonction d’une géographie particulière avec une réalité humaine tout aussi originale […], une invitation au voyage pour les peuples du monde entier, un espace infini, vert et bleu ». La mise en valeur de façon coordonnée de ce produit touristique qu’est l’Indianocéanie est aujourd’hui une priorité.


Kanalreunion.com