Economie

La crise de notre économie continue de s’aggraver

Note de conjoncture de l’IEDOM : une photographie de la réalité de La Réunion

Témoignages.re / 7 septembre 2013

Dans sa dernière note, l’IEDOM fait le point sur la situation lors du second trimestre 2013. Selon les informations en possession de l’institution financière, c’est une nouvelle dégradation générale de l’économie réunionnaise : les prix et le chômage augmentent, la consommation et les échanges avec les autres pays diminuent, tous les secteurs sont touchés sauf l’agriculture. Seul l’indicateur du climat des affaires est en progression, mais les anticipations seront-elles confirmées ?
Voici le contenu de cette note.

JPEG - 51.6 ko
Les importations fléchissent au deuxième trimestre 2013, notamment les biens d’équipement du foyer, seules les importations de biens d’équipement professionnel progressent.

« A l’exception du secteur primaire (agriculture - NDLR) dont l’activité se stabilise, l’ensemble des secteurs connait une détérioration de leur activité.

Dans le secteur de l’agriculture, de la pêche et de l’élevage, le courant d’affaires progresse après s’être fortement détérioré les trimestres précédents. Pour autant, les abattages sont en baisse. Ceux de volailles et de porcins se contractent respectivement de 1,9% et 2,2% (CVS), et ceux de bovins reculent de 1,6%, atteignant ainsi un niveau historiquement bas. Les professionnels interrogés s’attendent à une détérioration de leur courant d’affaires au troisième trimestre 2013.

L’activité dans le secteur des industries agroalimentaires se contracte. L’opinion des entrepreneurs sur la trésorerie, les délais de paiement et les charges d’exploitation se dégrade à un rythme plus marqué qu’au trimestre précédent. Les prévisions d’investissement sont elles aussi mal orientées. Les chefs d’entreprise anticipent cependant une meilleure orientation de leur activité au trimestre prochain.

Le courant d’affaires dans le secteur des industries manufacturières reste dégradé, mais la trésorerie et les charges se stabilisent. Elles devraient néanmoins se détériorer au troisième trimestre, au cours duquel les entrepreneurs s’attendent également à un repli de l’activité.

Baisse dans le BTP

Dans le secteur du Bâtiment et des travaux publics, le courant d’affaires recule, alors même que les chefs d’entreprise interrogés s’attendaient à une amélioration. Leurs prévisions d’investissement et délais de paiement s’améliorent. La trésorerie est par ailleurs mieux orientée, conformément à leurs anticipations. Dans ce contexte, les chefs d’entreprise prévoient une stabilisation de leur activité au troisième trimestre 2013.

La baisse des effectifs dans le BTP se poursuit (-4,3%, CVS). Les importations de ciment et de clinkers continuent de reculer à un niveau globalement faible. Elles se contractent de 3,6% par rapport au trimestre précédent et de 21,2% sur un an. Le nombre de logements autorisés augmente de 41,9% (CVS) sur le trimestre. Ce résultat est toutefois à nuancer, le nombre de logements autorisés entre juillet 2012 et juin 2013 baissant de 12% par rapport à la même période un an auparavant.

Nouvelle dégradation dans les services et le tourisme

L’activité dans le secteur des services marchands se dégrade une nouvelle fois, confirmant les prévisions des entrepreneurs. Ils font état d’une détérioration de leurs délais de paiement et de leurs charges d’exploitation. Les professionnels du secteur anticipent cependant une stabilisation de leur courant d’affaires au troisième trimestre.

Dans le secteur du tourisme, l’activité se dégrade moins fortement qu’anticipé, selon les chefs d’entreprise interrogés. Le trafic total s’inscrit cependant en baisse de 2,2% (-0,7% sur l’axe Réunion-Métropole). Les entrepreneurs s’attendent à une amélioration de leur activité au troisième trimestre 2013. »

« Augmentation des prix à la consommation »

L’Indice des prix à la consommation (IPC) progresse de 0,5% au deuxième trimestre 2013, après un début d’année en léger retrait (-0,1% sur le premier trimestre).

Les prix des produits manufacturés et des services augmentent respectivement de 2,9% et de 0,9%.

Les prix de l’alimentation reculent pour leur part de 2,5%, en lien avec la baisse des prix des produits frais, des légumes notamment.

Les prix de l’énergie se contractent également (-2,8%) en raison de la baisse sensible des prix des produits pétroliers (-4,3%). Ces derniers avaient progressé de 10,2% au premier trimestre, suite à la suppression fin février du subventionnement du prix du gaz.

Enfin, les prix du tabac sont quasiment stables (+0,1%) sur le trimestre.

L’augmentation des prix sur un an reste mesurée (+1,3%). Elle s’explique pour moitié par la mise en place, de mars à juin 2012, de prix subventionnés pour les carburants.

Les prix des produits pétroliers sont ainsi en hausse de 8,7% en glissement sur un an.

Sur la même période, les prix de l’alimentation progressent pour leur part de 2,2% et ceux du tabac de 6,4%.
« Légère hausse de la demande d’emploi »

Le nombre de demandeurs d’emploi réunionnais inscrits à Pôle Emploi en catégorie A s’établit à 133.730 à fin juin 2013. Après s’être stabilisé au premier trimestre, il progresse de 1,2% (CVS) par rapport à fin mars (+1,6% au niveau national).

Le nombre de personnes âgées de plus de 50 ans inscrites à Pôle Emploi repart à la hausse sur le trimestre (+3,8%). Il augmente de 20,2% en glissement sur un an.

L’offre d’emplois est mieux orientée, avec une progression de 24,6% (CVS) du nombre d’offres d’emplois collectées au deuxième trimestre 2013. Cette évolution se concentre essentiellement sur des offres d’emplois durables (+38,0%), même si le nombre d’emplois non durables collectés progresse également (+12,7%).

Sur un an, le nombre de demandeurs d’emploi augmente de 7,8% (CVS). Le rythme de progression des allocataires de l’assurance chômage continue pourtant de ralentir (+1,9%). De nombreux inscrits à Pôle Emploi ont en effet épuisé leurs droits à indemnisation et, en conséquence, le nombre de demandeurs d’emploi ayant droit au Revenu de solidarité active (RSA « socle » ) progresse de 14,0%.
« Légère baisse de la consommation des ménages »

La consommation des ménages reste mal orientée au deuxième trimestre 2013.

Les importations de biens d’équipement à destination du foyer, de produits courants et de produits des industries agroalimentaires (IAA) baissent respectivement de 5,7% (CVS), de 0,7% et de 1,0%.

Les ventes de véhicules neufs diminuent légèrement sur le trimestre (-0,4%, CVS), mais s’inscrivent en baisse de 5,1% sur un an.

Les encours des crédits à la consommation baissent de 1,0% sur le trimestre et de 2,5% en glissement annuel.

Les indicateurs de vulnérabilité des ménages continuent de se dégrader au deuxième trimestre 2013. Les dossiers déposés à la Commission de surendettement augmentent de 34,0% sur le trimestre, et de 28,0% par rapport à la même période en 2012. La progression du nombre de personnes physiques interdites bancaires est cependant moins marquée (+0,5% contre +3,2% au premier trimestre). Le nombre des incidents de paiement par chèques baisse par ailleurs de 0,4%.

Malgré ce contexte morose pour la consommation, l’opinion des professionnels du secteur du commerce s’améliore progressivement. Ils jugent la détérioration de leur activité beaucoup moins marquée qu’au trimestre précédent et font état d’une amélioration des délais de paiement et des charges d’exploitation. Les anticipations d’activité pour le troisième trimestre sont en outre mieux orientées.
« Quelques signaux positifs pour l’investissement »

Le solde d’opinion relatif aux intentions d’investir continue de se redresser, même s’il reste légèrement négatif.

Les importations de biens d’équipement professionnel se redressent (+3,1%, CVS), après trois trimestres de baisse. Celles de biens intermédiaires sont en revanche en retrait de 1,7%. La baisse des ventes de véhicules utilitaires ralentit : -3,2% (CVS) contre -15,7% au trimestre précédent.

Les encours des crédits à l’investissement des entreprises diminuent de 1,0% sur le trimestre. En glissement annuel, ils baissent de 1,6%.

Les attestations de conformité délivrées par le Consuel progressent de 17,6% en glissement annuel. Les encours bancaires des crédits à l’habitat des ménages sont stables (+0,1%) par rapport au trimestre précédent tandis que ceux des entreprises sont en hausse de 2,3%.
Recul des échanges de biens avec l’extérieur

Les importations fléchissent de 1,7% (CVS) au deuxième trimestre 2013. La quasi-totalité des regroupements de produits contribue à cette baisse, dont notamment les biens d’équipement du foyer. Seules les importations de biens d’équipement professionnel progressent.

Le repli des exportations s’amplifie (-6,7%, CVS). Il s’explique en partie par la baisse des exportations de produits des industries agroalimentaires (-2,6%), liée essentiellement au recul du prix de la langouste et de la légine. Les ré-exportations de produits manufacturés et de matériels de transport progressent parallèlement.
« Progression de l’indicateur du climat des affaires »

Après s’être progressivement stabilisé jusqu’au premier trimestre 2013, l’Indicateur du climat des affaires (ICA) se redresse significativement au deuxième trimestre (+5,5 points) pour s’établir à 90,0 points. Il reste néanmoins toujours très en deçà de sa moyenne de longue période. La progression de l’ICA s’explique d’abord par les anticipations des chefs d’entreprise pour le trimestre à venir (+4,4 points, contre +1,1 point pour la composante passée). Le troisième trimestre est en effet marqué par l’amélioration du jugement des entrepreneurs sur l’activité, les effectifs et l’investissement. La composante passée de l’ICA contribue aussi à cette amélioration. Le jugement des entrepreneurs concernant leur trésorerie et leurs délais de paiement est mieux orienté, même s’il reste négatif, et compense ainsi une opinion toujours en retrait sur les prix et les effectifs.


Kanalreunion.com