Economie

La crise peut accélérer l’émergence de nouveaux moyens de transports à La Réunion

Diminution des ventes d’automobiles

Risham Badroudine / 22 juillet 2009

Les ventes de voitures neuves sont en chute à La Réunion. Cela pourrait avoir des conséquences sur l’emploi, notamment dans cette période de crise où la barre des 115.000 demandeurs d’emploi a été atteinte. Cette crise du secteur automobile concerne aujourd’hui la plupart des pays. Les ventes de voitures dans le monde diminuent de manière importante. Mais cette crise est aussi l’occasion de repenser totalement nos modes de déplacement. Il est aujourd’hui urgent de mettre en place le Tram-train ou encore de mettre l’accent sur les voitures électriques et mode de transport actif comme de vélo.

Sur 6 mois, les ventes de voitures neuves ont reculé de près de 28%. Cela pourra avoir des conséquences sur l’emploi, d’autant plus que la conjoncture est actuellement mauvaise. (Voir graphique).
Cette crise du secteur automobile concerne aujourd’hui la plupart des pays. Les ventes de voitures dans le monde devraient passer de 68 millions de véhicules en 2007 à 55 millions en 2009, d’après l’agence Standard & Poor’s.
Les quinze plus grands constructeurs mondiaux ont cumulé 41 milliards d’euros de pertes en 2008, et les pertes seront encore plus importantes en 2009. Presque la moitié d’entre eux sont passés dans le rouge, à commencer par le numéro 1, le japonais Toyota, après 71 exercices bénéficiaires ! Le sort de General Motors, de son ex-filiale européenne Opel et de Chrysler, a également été scellé.

Repenser nos modes de déplacement

Cette crise est l’occasion de repenser totalement nos modes de déplacement en se dirigeant vers des transports collectifs non polluants comme le tram-train ou encore les voitures électriques.
La mobilité des hommes et des marchandises est indispensable à nos modes de vie et à notre économie, mais génère des nuisances environnementales et sanitaires, notamment du fait du choix de l’automobile. Rappelons que les transports sont les premiers émetteurs de gaz à effet de serre. Les transports routiers produisent des nuisances sonores et participent à la pollution de l’air à proximité des populations. Les infrastructures de transport consomment de l’espace et fragmentent des espaces naturels.
La mobilité des personnes et des marchandises est difficile à La Réunion, d’où la nécessité d’améliorer l’offre de transport en commun, alternative au tout automobile.
C’est pour cette raison qu’il est essentiel de développer les transports en commun non polluants, et notamment le tram-train.

De l’emploi grâce au tram-train

Pour le tram-train, du personnel qualifié sera nécessaire pour tous les métiers indispensables non seulement dans la phase de construction (6.000 emplois prévus), mais aussi pendant la phase d’exploitation : pour la conduite des rames, entretien et maintenance, les métiers commerciaux, d’administrateurs, les services de billetterie, de contrôle, de sécurité, etc... À cela vont s’ajouter des emplois directs ou indirects dans l’hôtellerie, la restauration, le commerce, la sécurité, le gardiennage…
Ce qui va créer des emplois dans cette période de crise. Le tram-train va permettre à La Réunion de franchir un saut qualitatif dans le domaine des déplacements et un développement significatif de l’ensemble des transports collectifs.

Véhicules électriques et mode de transports actifs

Cette crise du secteur automobile est également l’occasion de se diriger vers des modèles de véhicules individuels non polluants. C’est aujourd’hui la seule manière de sauver ce secteur, car la matière première au carburant des moteurs à explosion est par nature limitée. L’époque du pétrole bon marché est en effet derrière nous.
Des constructeurs anticipent cette nouvelle donne. Par exemple, la société indienne Reva produit aujourd’hui la voiture électrique la plus vendue au monde. Cette petite voiture connaît un succès dans plusieurs pays dont l’Angleterre, l’Inde, ou encore les pays d’Amérique latine.
Dans plusieurs grandes villes du monde (Londres…), elle est dispensée de payer toute taxe de mise en circulation, emplacement de parking ou autres péages, ce qui permet aux propriétaires de faire de sacrées économies à long terme.

Un retard considérable a été pris dans la politique des déplacements à La Réunion. Trop peu de choses ont été mises en place en termes de déplacement collectif.
Il ne faut pas non plus oublier les modes de transports actifs (vélo…), d’autant plus qu’une pratique sportive quotidienne est recommandée par les professionnels de la santé.
Face à cette crise du secteur automobile, il est urgent de se diriger vers un nouveau modèle de déplacement non polluant qui respecte l’environnement.

Risham Badroudine


Kanalreunion.com