Economie

La réalité de notre économie : plus d’un milliard d’euros d’actifs pourris

Bilan 2012

Témoignages.re / 27 décembre 2012

Le dernier Bulletin trimestriel financier et bancaire de l’IEDOM montre la hausse de deux indicateurs de l’aggravation de la situation : le nombre de dossiers de surendettement et les créances douteuses. Parallèlement, l’indice du climat des affaires se dégrade, la confiance est donc en recul. Malgré tout, les banques continuent de prêter de plus en plus aux particuliers, aux entreprises et aux collectivités. Voici des extraits de ce Bulletin.

JPEG - 73.1 ko

Crédits accordés : 434 millions de plus sur 12 mois

« L’encours brut total des concours bancaires consentis par les établissements de crédit installés localement (qui représentent 95,4% des crédits octroyés à La Réunion) s’établit à 17,1 milliards d’euros à fin septembre 2012, en très faible progression sur le trimestre (+0,1%, soit +20 millions d’euros). En glissement sur douze mois, les crédits consentis localement progressent également assez modérément (+2,6%, soit +434 millions d’euros).

Comme pour la collecte d’épargne, le rythme de croissance des encours de financements consentis à l’économie réunionnaise a fortement ralenti depuis début 2008 ».

Créances douteuses : 42 millions de plus en un an

« Les créances douteuses brutes portées par les établissements de crédit implantés localement continuent de s’afficher à un haut niveau à la fin de ce troisième trimestre 2012. En s’établissant à 1,06 milliard d’euros, soit 6,2% des encours de crédits bruts totaux à la clientèle, les créances douteuses brutes des établissements de crédit locaux s’établissent à un niveau proche de leur plus haut historique, même si elles baissent légèrement au troisième trimestre (–1,6%, soit –18 millions d’euros). Sur un an, les créances douteuses brutes des établissements de crédit locaux progressent de +4,1% (+42 millions d’euros) ».

1.200 dossiers de surendettement en un an

« Le cumul annuel des dossiers de surendettement déposés par les ménages réunionnais reste stable à fin septembre 2012, à un niveau qui demeure élevé (1.200 dossiers de surendettement déposés sur les douze derniers mois ».

Hausse du crédit aux ménages

« Comme au trimestre précédent, les concours consentis aux ménages enregistrent une nouvelle hausse légère au troisième trimestre 2012 (+0,5%, soit +32 millions d’euros, après +0,6% au trimestre précédent).

Leur progression sur douze mois est un peu plus rapide, s’établissant à +2,6% (soit +173 millions d’euros) ».

Hausse des prêts aux entreprises

« Les financements consentis aux entreprises continuent d’alterner des trimestres de hausse et de baisse. Ils reculent de –0,3% au troisième trimestre (soit –23 millions d’euros), après avoir progressé de 1,6% (soit +108 millions d’euros au deuxième trimestre.

En glissement sur douze mois, les concours aux entreprises continuent néanmoins de s’inscrire en progression mesurée, s’établissant à +1,8% (+122 millions d’euros entre septembre 2011 et septembre 2012) ».

Hausse des crédits aux collectivités

« Les crédits consentis aux collectivités locales s’inscrivent en légère hausse de 1,1% entre juin et septembre 2012 (+19 millions d’euros). Les crédits d’investissement aux collectivités locales progressent pour leur part de +1,9% (+34 millions d’euros), retrouvant ainsi leur niveau atteint en mars 2012, tandis que les crédits d’exploitation à court terme reculent de 63,8% (–15 millions d’euros), en raison majoritairement de la gestion active des dettes qui conduit les principales collectivités locales à effectuer des remboursements temporaires en fonction de leurs rentrées fiscales ».

Des crédits financés par l’épargne des Réunionnais

« Les ménages représentent 72,6% de l’ensemble des actifs financiers détenus dans le département. Le poids des ménages dans les actifs financiers s’inscrit sur une tendance à la hausse depuis le début de l’année 2008, après avoir continuellement baissé entre 2004 et 2007. A l’inverse, le poids des placements détenus par les sociétés non financières, qui avait atteint un maximum de 25% en décembre 2007, a sensiblement diminué depuis cette date pour descendre en dessous de la barre des 20% (19,9% à fin septembre 2012).

Les sociétés d’assurance et fonds de pension détiennent quant à elles des placements pour 307 millions d’euros à fin septembre 2012, en hausse de 6 millions d’euros par rapport à fin juin (+1,8%), majoritairement sous forme de titres de portefeuilles et d’OPCVM (69,5%) ».
6,2% des créances sont douteuses

« En 2008, une crise financière partie des États-Unis a donné un coup d’accélérateur à la crise du modèle économique mondial. Le point de départ de cette accélération, c’étaient les actifs pourris, ou créances douteuses, qui étaient présents en nombre dans les banques. Tout s’est ensuite amplifié lorsque le gouvernement des États-Unis décida de laisser Lehmann Brothers faire faillite, ce qui aboutit à une restructuration du secteur bancaire des États-Unis, Bank of America devenant à ce moment-là la plus grande banque du monde.

Cela donne une idée de l’importance que peuvent jouer les actifs pourris dans l’économie d’un pays.

À La Réunion, plus d’un milliard d’euros de prêts bancaires sont des actifs pourris, soit 6,2% de l’encours total des banques à La Réunion.

Un milliard d’euros, c’est quasiment l’équivalent du montant des travaux de la route des Tamarins. Cette somme considérable, les banques qui l’ont prêtée ne sont pas sûres de pouvoir la revoir ».
Dégradation de l’indicateur du climat des affaires

« Dans un contexte économique national et international toujours incertain, l’indicateur du climat des affaires (ICA) continue à se dégrader au troisième trimestre 2012 (-1,9 point). L’ICA s’établit désormais à 16,4 points en deçà de sa moyenne de longue période. Le repli de l’indicateur est toutefois moins marqué qu’au trimestre précédent (-5,7 points), en partie amorti par l’opinion des professionnels sur l’activité passée, les prévisions d’investissement et les effectifs futurs. A l’inverse, la trésorerie prévue et les charges futures pèsent négativement sur l’ICA. Les entrepreneurs réunionnais anticipent une activité encore moins favorable pour le quatrième trimestre ».


Kanalreunion.com