Economie

La Russie intègre l’Organisation mondiale du Commerce

Un grand pays émergent dans l’OMC

Céline Tabou / 8 août 2012

Après quinze années de procédure, la Chine est parvenue en 2001 à entrer au sein de l’institution internationale. Cette année, la Russie est devenue membre de l’OMC, dix-huit ans après le début de négociations « pas toujours faciles », soit une durée record.

« Nous avons conclu officiellement aujourd’hui 18 ans de négociations, cela montre qu’il faut être patient dans cette organisation », a déclaré dans la presse Pascal Lamy, directeur général de l’OMC. Ce dernier a indiqué qu’il s’agissait de négociations record, comparées aux quinze ans qu’avaient duré celles concernant l’adhésion de la Chine, en 2001.
Le président russe Vladimir Poutine a signé le protocole d’adhésion de la Russie à l’Organisation mondiale du commerce le 21 juillet 2012. La Douma, Chambre basse du Parlement, avait déjà voté le 10 juillet le texte, suivie du Conseil de la Fédération, la Chambre haute, le 18 juillet. Cette adhésion à l’OMC devrait entrainer le pays dans l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE).
Cette adhésion va apporter à l’OMC un nouveau poids qui couvrira désormais 98% du commerce mondial, contre 94% précédemment. En entrant à l’OMC, la Russie doit abaisser ses droits de douane, qui passeront de 9,5% en moyenne actuellement à 7,4% l’année prochaine, à 6,9% en 2014, puis à environ 6% en 2015, a expliqué le ministre du Développement économique, Andreï Beloussov.
D’après la Banque mondiale, l’adhésion de la Russie à l’OMC permettra une « amélioration de la productivité et de la compétitivité des entreprises russes ». Pour cette dernière, l’OMC aura un effet dynamisant sur la croissance russe, avec une augmentation de 3,3% (49 milliards d’euros) du PIB du pays lors des trois premières années suivant l’adhésion à l’OMC, et de 11% (162 milliards de dollars) sur 10 ans. Les revenus des foyers russes devraient augmenter en moyenne de 7,2% par an, et la baisse des prix, par la stimulation de la consommation, l’importation de produits peu taxés, due en grande partie par le consommateur, selon la Banque mondiale.

Céline Tabou


Kanalreunion.com