Economie

La spiruline arrive au Tapage

Saint-Louis

Témoignages.re / 4 novembre 2013

Un agriculteur du Tapage dans les hauts de Saint-Louis s’est lancé dans la diversification de son activité à travers une production innovante et peu connue à la Réunion, la spiruline. L’ampleur de cette diversification est intéressante, car elle touche divers points en partant d’un nouveau produit végétal et local au développement du quartier et de l’île.

JPEG - 34.9 ko
Julie Refus devant un des bassins de test.

A La Réunion, le marché de spiruline est actuellement presque à 100% d’importation. En 2009, la production mondiale avoisinait 5000 tonnes (Chine, USA pour l’essentiel) et la demande croît de 20% par an depuis plusieurs années. Le prix de vente varie de 5 à 500 euros par kg selon l’origine, la présentation, la provenance et le lieu de vente.

La spiruline alimentaire est présentée sous forme de paillettes, de poudre, de comprimés, de gélules et de boissons.

La croissance de la demande mondiale de produits issus de l’agriculture biologique comme de compléments alimentaires est soutenue et régulière depuis 10 ans : + 10% par an. Dans la même période, le marché de la spiruline a augmenté de 20% par an. En effet la spiruline est un produit d’appel du fait de son large spectre d’utilisation et de son prix modéré par rapport aux autres compléments alimentaires naturels, moins diversifiés en nutriments.

La spiruline sur le marché réunionnais

A La Réunion, où la demande a suivi la même évolution, on assiste à l’augmentation du nombre de magasins diététiques et au développement du pôle "diététique" de nombreuses pharmacies. Aujourd’hui, l’offre de produits "bio" locaux ne permet pas de satisfaire la demande.

La production de spiruline à La Réunion est quasiment inexistante. Elle est de 30 tonnes en métropole où les conditions climatiques sont moins favorables. L’importation de spiruline à La Réunion est de plusieurs tonnes (actuellement aucune part de marché pour la production locale). C’est le produit phare des magasins bio avec un rapport "Effet bénéfique /Coût" incomparable.

L’activité est rentable et les charges annuelles courantes sont peu élevées.

Appelée aussi l’algue bleue, la spiruline sait nous apporter les éléments nutritifs essentiels, c’est un modèle d’Ecologie approprié... une production simple qui s’accroît avec trois fois rien, un minimum de minéraux, un minimum de surface agricole, un minimum d’eau ! De plus cultivée en bassin, elle permet de valoriser des terrains même stériles.

Ainsi les opportunités offertes par La Réunion pour produire la spiruline sont nombreuses. Les aspects environnementaux, la volonté des entrepreneurs, et le marché local sont autant de facteurs tous favorables à l’émergence d’une filière de production de spiruline.

Un projet innovant intégrant la famille

Dans cet écart des hauts de la Rivière Saint-Louis, la répartition des habitants se fait à travers des regroupements familiaux, quelques éleveurs en général ou la production animale bovine et porcine se démarquent. C’est un quartier retiré, calme ou il n’existe quasi aucune activité touristique, pas de loisir mis à part un sentier de randonnée. C’est à travers l’agriculture en général que le quartier se développe, avec des structures subventionnées, des chemins d’accès, mais sans trop d’innovation.

La diversification de l’activité de M. Refus voit le jour lorsque son activité agricole intéresse ses enfants, mais ne suffit pas en termes de revenu afin de permettre une association père/enfant autour de l’agriculture. Il découvre la spiruline par un cousin déjà producteur en métropole et s’intéresse à son activité. Beaucoup d’éléments attirent M. Refus notamment ce côté très innovant, de la spiruline encore inexistante ici.

C’est après plusieurs stages fait en partenariat avec ce cousin de France que le projet de diversification en spiruline naît.

Mis en relation avec un ingénieur de l’ARDA, le projet prend de l’ampleur et la filière se crée. Plusieurs futurs producteurs se réunissent au sein d’une association "Spiruline Péi La belle bleue" et établissent une chartre.

En collaboration avec sa fille diplômée du Brevet professionnel responsable d’exploitation agricole, M. Refus se met en société EARL le Tap’@ge pour plusieurs raisons, dont l’intégration de ses enfants.

Avec sa fille Julie Refus, membre du conseil d’administration de "Spiruline péi la belle bleue" et co-porteur de projet, ils souhaitent s’installer progressivement en commençant par 200 m2 et peut être 400 m2 plus tard.

Avant de lancer un projet aussi important à l’échelle de l’île, Joël et Julie ont mis en expérimentation 2 petits bassins de 4 m2 chacun avec une production de spiruline. La souche provenant de l’ARDA est référencée dans la banque des algues et provient du Tchad. Il est important de connaître la sureté et le circuit de la souche, car ces informations déterminent la qualité du produit. Cette année à été riche et pertinente à travers les connaissances et le savoir-faire acquis en stage (ARDA et en métropole chez Aire de récolte et labo avec un système de marche en avant le producteur de la famille) et l’expérience personnelle des 2 petits bassins familiaux. Les bases de production et d’exploitation de cette algue sont aujourd’hui plus solides.

La spiruline, qu’est ce que c’est ?

Cette microalgue a été découverte il y a des années au Tchad. Les habitants vivaient autour d’un lac et s’alimentaient de son eau. Leur étonnant état de santé intriguait les chercheurs et les analyses faites ont démontré la présence d’une cyanobactérie, la spiruline.

La spiruline est une microalgue alimentaire utilisée comme complément de l’alimentation et très riche en apports nutritifs. C’est un aliment remarquable qui existe depuis des milliards d’années dans le monde, et qui n’arrive qu’aujourd’hui à la Réunion. Il existe une importante production aux USA, en Chine, en Afrique, en France. Le marché local est composé de spiruline importée à 100%.
Un projet écologique adapté aux contraintes environnementales de La Réunion

La diversité des climats de La Réunion nécessite d’analyser chaque micro zone de culture au cas par cas. Il n’en demeure pas moins que d’une façon générale les conditions de température et de lumière permettent de produire de la spiruline toute l’année à La Réunion.

- La croissance de la spiruline commence à partir de 20°C et est optimale à 30°C. Ces conditions peuvent être atteintes même dans les Hauts sous serre.

 ? L’ensoleillement avec 2000 heures/an est lui aussi favorable à la culture de la spiruline.

 ? La pluviométrie en tant que telle n’impacte pas la production de spiruline puisque les bassins sont protégés par une serre.

 ? Un produit écologique, car l’impact environnemental de la production de spiruline tel qu’envisagé est réduit au strict minimum c’est-à-dire aux tâches de lavage : 100% de l’azote et du phosphore sont assimilés, absorption massive du dioxyde de carbone atmosphérique, pas de traitement chimique ni biologique.

 ? Faible consommation en eau


Kanalreunion.com