Economie

La vigilance s’impose face au risque de surendettement

Multiplication des offres de crédits

Sanjiv Dinama / 19 juillet 2011

Sur l’année 2010, La Réunion a enregistré une légère augmentation de la consommation (3,3%). Mais cette hausse est en même temps accompagnée d’une hausse du nombre de dossiers déposé à la Commission de surendettement. De même, le taux de créances douteuses explose. Cette période de crise appelle à la plus grande vigilance.

Depuis l’année 2009, le nombre de dossiers déposé à la Commission de surendettement dépasse les 1.100 alors que sur les années précédentes (2007 et 2008), leur nombre oscillait entre 750 et 780.
Cette période de crise appelle à la plus grande vigilance. Le chômage continue de progresser avec près de 147.000 demandeurs d’emploi accompagné d’une augmentation du nombre de licenciements.
Aujourd’hui, à côté des maisons de crédits, les grandes surfaces se mettent également à accorder des crédits à la consommation à des taux d’intérêt très élevés, dépassant la plupart du temps 20%.

Les cartes de fidélité et de paiement pour engranger de gros bénéfices

Les cartes de fidélité et de paiement permettent à la grande distribution non seulement à vendre ses produits à des prix élevés, mais également d’engranger des bénéfices supplémentaires.
Mais attention, beaucoup de ménages réunionnais se retrouvent surendettés. Près de la moitié de la population réunionnaise vit sous le seuil de pauvreté, et elle est confrontée à un coût de la vie très élevé. Pour pousser les Réunionnais à la consommation, les offres de crédits se sont multipliées. Même si une famille n’a pas les moyens d’acheter, des crédits lui sont proposés.
Au lieu d’agir sur les mécanismes à l’origine de la vie chère à La Réunion, la solution est de promouvoir l’endettement. Cela permet de maintenir des prix élevés, et faire de gros bénéfices pour la grande distribution. En recourant au crédit, les familles paient non seulement ces prix trop élevés, mais en plus, elles doivent s’acquitter d’intérêts qui atteignent 20% du prix du produit acheté.
A La Réunion, ce système est maintenant étendu à l’achat de produits alimentaires dans les grandes surfaces.

S’interroger sur les conséquences de ce modèle

La crise financière amène à s’interroger sur les conséquences de ce modèle né dans le pays où la crise trouve son origine.
Ainsi, les créances douteuses portées par les établissements de crédit implantés à La Réunion s’établissent à 991 millions d’euros à fin mars 2011. Le taux de créances douteuses* s’établit à 6%, soit son plus haut niveau enregistré depuis les années 2000.

Rappelons que ce sont tous ces crédits non remboursés qui sont à l’origine de la crise mondiale. C’est ce modèle de consommation made in USA que l’on importe à La Réunion depuis de nombreuses années : le rêve grâce au crédit. C’est toujours ce modèle qui est à l’origine de la plus grave crise financière de l’Histoire, qui voit encore aujourd’hui des pays s’effondrer, comme la Grèce.

 Sanjiv Dinama 

* La créance douteuse est une créance qui présente un risque probable ou certain de non-recouvrement total ou partiel.


Kanalreunion.com